Bigmammy en ligne

28 mars 2019

En attendant le jour, polar de Michael Connelly

 

Ballard

Mon inspecteur préféré Harry Bosch, le héros des polars de Michael Connelly dont j’ai lu toutes les aventures sur papier, étant proche d’une retraite enfin effective et bien méritée, voici donc un nouvel inspecteur de choc : la belle Renée Ballard.

Née à Hawaï, athlétique (elle court les vagues du Pacifique avec son paddle), les cheveux blonds au vent, la peau mate. Toujours tirée à quatre épingles avec dans son sac, comme si de façon symbolique elle y conservait plusieurs tours, différentes tenues strictes, elle est persévérante, efficace et acharnée.

En fait, elle a été virée du département des Vols et Homicides après avoir accusé en vain son supérieur, le lieutenant Olivas, d’agression sexuelle sans avoir été soutenue par son coéquipier de l’époque - Kenneth Chastaing - qui a refusé de témoigner en sa faveur. Depuis plus de deux ans, elle est donc reléguée au quart de nuit au commissariat de Hollywood.

Plusieurs affaires surviennent en même temps pour Ballard et son nouveau coéquipier assez pépère  Jenkins : un cambriolage avec vol de carte de crédit, un massacre dans une boîte de nuit, le tabassage d’un prostitué transgenre. Ballard va s’impliquer, largement au-delà de sa mission - qui consiste à rendre les dossiers à l'équipe de jour - dans ces trois affaires, d’autant plus que, quelques heures plus tard, son ex-coéquipier Chastaing se fait à son tour assassiner.

Quel délice de retrouver l’ambiance des intrigues de Michael Connelly et les embouteillages de la cité tentaculaire du cinéma ! C’est encore une fois la mécanique implacable du recueil des indices, les embrouilles entre départements de police qui se chevauchent, les coups bas de la hiérarchie, les lieux de deal et de jeux , le rôle de la Presse …

Tout Los Angeles se retrouve ici et pourtant, la trame est rajeunie, on appuie sur les relations personnelles entre les protagonistes, on suit les arcanes des procédures et les porgrès des techniques d'investigations. Bref, je retrouve avec bonheur le rythme dense des progrès de l’enquête, le mauvais caractère de l’héroïne mais sa sagacité, toujours la scène où elle met sa vie en danger, une conclusion tout à fait inattendue … Des recettes qui ont maintes fois fait leurs preuves.

Vivement le prochain épisode !

P.S. : Je ne voudrais pas me pousser du coude, mais la critique de ce livre est parue ce matin dans les pages littéraires du Figaro ... avec aussi une interview d'Arturo Perez-Reverte, qui parle de son nouveau héros : Falco !

 

En attendant le jour – The Late Show – polar de Michael Connelly, traduit par Robert Pépin, édité chez Calmann Lévy, 418 p., 21,90€

Posté par mpbernet à 07:44 - Lu et vu pour vous - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

    Je viens de l’acheter car je suis depuis longtemps une lectrice de M Connelly, parmi les Harry Bosch j’ai préféré Le poète, même si j’ai bien aimé les derniers avec son demi-frère, l’avocat Mickey Haller. Bonnes futures lectures, puisque vous nous les faites découvrir avec talent.

    Posté par Brigitte, 28 mars 2019 à 12:49
  • Je ne connais pas cet auteur mais je vais bientôt le découvrir !

    Posté par Jauneyris, 28 mars 2019 à 21:47
    • Je vous conseille de commencer la série par "Les égouts de Los Angeles" qui introduit le personnage central Harry Boech, ancien du Viet-nam. Sinon, l'un des meilleurs de Connelly est "Le Poète" où Bosch n'intervient pas. C'est un des meilleurs auteurs de sa génération.
       
       
       
       

      Posté par mpbernet, 29 mars 2019 à 08:20
  • Merci pour ces conseils.
    Bonne journée

    Posté par Jauneyris, 30 mars 2019 à 13:20
  • Bonjour je vous lis depuis longtemps et je voulais vous faire connaître un livre exceptionnel vu vos goûts c est Robert Debré une vocation française de Patrice Debré lorsque vous êtes dans votre maison nous sommes presque voisines puisque j' habite Montauban

    Posté par Morlhon Dominiqu, 31 mars 2019 à 11:21

Poster un commentaire