Bigmammy en ligne

05 avril 2019

Collection Emil Bührle au musée Maillol


collectionbuhrleaffiche

IMG_3855 (2)

IMG_3852 (2)

IMG_3850

IMG_3846 (2)

IMG_3845 (2)

IMG_3847 (2)

IMG_3849

IMG_3853 (2)

IMG_3854 (2)

IMG_3838 (2)

IMG_3839 (2)

IMG_3840 (2)

IMG_3841 (2)

IMG_3844 (2)

Avec un peu moins de battage que pour la collection Courtauld, le musée Maillol accueille une sélection de 57 tableaux réunis entre 1936 et 1956 par l’industriel de la machine-outil et des armements Emil Bührle.

On serait tenté de dire, comme l’Evangile : « A ceux à qui il a été beaucoup donné, il sera beaucoup demandé. » Car Emil Bührle (1890 – 1956), étudiant en littérature et histoire de l’art né en Allemagne et qui a fait la Grande guerre sur tous les fronts, épouse en 1920 la fille d’un banquier qui lui ouvre les portes de la grande industrie, celle qui prépare en secret le réarmement allemand. Il s’établit en Suisse dans les années 20 où il acquiert la totalité des parts de la société Oerlikon en 1939. Il est naturalisé suisse en 1937 et parallèlement à son activité professionnelle, il réunit une passionnante collection d’art : la période est favorable car les ventes d’armes à tous les belligérants d’une part et les achats d’œuvres d’art aux sources parfois douteuses d’autre part lui ouvrent de juteuses perspectives. En particulier, Bührle fonde sa fortune sur la mise au point d’un canon à tir rapide de 20 mm.

Cette collection, essentiellement riche de chefs-d’œuvres du XIXème et XXème siècle français, révèle des tableaux qui ne sont que rarement reproduits dans des livres d’art et le plus souvent, nous les découvrons avec un plaisir non dissimulé : Manet, Degas, Renoir, Monet, Cézanne, Gauguin, Van Gogh, Vlaminck, Toulouse-Lautrec, Modigliani, Picasso, Derain, Braque ainsi que les Nabis, Bonnard, Vuillard. On en ressort avec des étoiles et des toiles plein les yeux, encore plus émus sans doute qu’après la visite récente à la fondation Louis Vuitton.

A noter, la salle consacrée à la restitution des œuvres spoliées à des familles juives sous le IIIème Reich. En 1945, Douglas Cooper, chargé par les Alliés de la récupération des œuvres confisquées par les nazis en France occupée et transférées en Suisse, a identifié 13 tableaux chez Emil Bührle. Sommé de restituer immédiatement ces œuvres à leurs propriétaires identifiés, même en cas d’acquisition de bonne foi, Emil Bührle proposa aux propriétaires de leur racheter ces tableaux.

C’est le cas de quatre des tableaux de cette exposition (La liseuse de Camille Corot, Eté à Bougival d’Alfred Sisley, Avant le départ et Danseuses au foyer d’Edgar Degas. La lecture des courriers de négociation, notamment avec Paul Rosenberg, est intéressante …

Au vu de cette fantastique collection, comme il a beaucoup été donné et demandé à Emil Bührle, lui sera-t-il aussi pardonné ?

 

La collection Emil Bührle au musée Maillol, ouvert tous les jours à partie de 10h30, jusqu’au 21 juillet – 13,50€

 

Posté par mpbernet à 08:00 - Lu et vu pour vous - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

  • MUSEE MAILLOL

    Bonjour Marie Pierre et merci pour ce partage agréable à contempler. Vos mails réguliers me permettent de "rester en contact avec vous - même loin de PARIS ,puisque je vous écris du Puy de DOME -(BEAUMONT) où je loge dans un foyer pour personnes "agées" -j'au tout de même un grand 2 pièces avec coin cuisine, puis une salle de bains avec coin WC. Amitiés de toujours

    Posté par Alisson, 05 avril 2019 à 10:42

Poster un commentaire