Bigmammy en ligne

09 avril 2019

Prendre les loups pour des chiens, polar d'Hervé Le Corre

 

lecorre

Un vers de l’un des plus beaux poèmes d’Aragon « Est-ce ainsi que les hommes vivent …. » donne son titre à ce roman hyper-noir qui n'est pas à proprement parler un polar puisqu'aucun flic ni gendarme n'y intervient.

Voici la chronique d’une glissade vers l’abîme, encore plus vertigineuse qu’une descente aux enfers. Franck, jeune héros de 26 ans, vient de tirer cinq années de prison après un braquage qui a mal tourné. Il n’a pas dénoncé Fabien, son frère aîné qu’il suit en toutes choses et a tout pris sur lui. Mais ce n’est pas Fabien qui vient le chercher à Gradignan le jour de sa levée d’écrou, mais Jessica, sa compagne, qui le loge dans la ferme familiale, à la lisière des Landes.

C’est un été poisseux, sous un soleil écrasant. La forêt inquiétante est proche, avec ses troncs noirs, le sable, les palombières.

Franck et Fabien ont été élevés entre un père alcoolique et cogneur et une mère tôt disparue. Mais la famille de Jessica est encore plus barge : le Vieux bricole des bagnoles volées pour le compte d'un Gitan et la mère est une harpie qui bosse à temps partiel dans une maison de retraite. Au milieu de tout ça, un molosse noir et menaçant et une petite fille de huit ans qui parle très peu mais voit tout. Jessica va se jeter sur Franck en l’absence de Fabien, en « affaires » en Espagne … C’est peu dire qu’elle a un grain …

Franck va se rendre vite compte qu’il est encore plus enfermé dans cette tribu dysfonctionnelle qu’entre les murs de sa cellule. Sa liberté toute neuve n’est pas de tout repos et les embrouilles s’enchaînent, dans une escalade de violence inouïe.

C’est le style éblouissant qui fait le grand intérêt de ce roman qui se déroule de nos jours, dans une région que je connais bien … Une sorte de négatif de Thérèse d'Esqueyroux ... C’est rude, cruel, sordide mais hélas réaliste, une plongée en apnée au milieu de marginaux qui vivent d’expédients, de trafics de drogue et de bastons entre gangs qu'ils drapent dans le pli des questions d'honneur. Une France d’en bas, de très bas, avec des personnages bien typés, en particulier cette petite Rachel, dont on se demande – la fin reste très ouverte – si et comment elle pourrait s’en sortir …

 

Prendre les loups pour des chiens, polar d’Hervé Le Corre, édité par Rivages/noir, 350 p., 7,90€

Posté par mpbernet à 08:00 - Lu et vu pour vous - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

  • Un pitch TRÈS noir mais qui pourtant donne envie...

    Posté par Laurence, 09 avril 2019 à 08:04
  • Je le note merci. Il est dans ma biblio municipale.

    Posté par Do, 13 avril 2019 à 13:41

Poster un commentaire