Bigmammy en ligne

30 mai 2019

Les lumières de l'ïle, roman d'Elizabeth George

Becca King

Pan sur le bec !

J’ai choisi à la va-vite ce livre sur la foi du nom de son auteure : Elizabeth George … Mais en réalité il s’agit du quatrième épisode de la série « The Edge of Nowhere » qui se déroule aux Etats-Unis – ce qui est somme toute normal puisque E. George est américaine.

Donc, je n’ai pas retrouvé mon duo de policiers britanniques préférés Linley-Havers et d’ailleurs, il n’y a ici ni crime, ni inspecteur de police. Mais une ambiance particulière, dans le décor saturé de pluie d’une île de la région de Seattle (Etat de Washington).

L’héroïne de cette série est une adolescente : Becca (Rebecca) King, dotée de pouvoirs bien encombrants… et le thème général de l’ouvrage tourne autour de la tolérance et de la vérité.

Car depuis toute petite, Hannah Armstrong entend des murmures, des bribes de pensées des personnes se tenant près d’elle. Un jour, elle surprend le monologue intérieur de son beau-père et comprend qu’il vient d’assassiner son associé. Dès lors, sa mère, Laurel, la pousse à fuir. Elle l’envoie sous la nouvelle identité de Rebecca Dolores King sur l’île de Whitbey, où une vieille amie doit la recueillir. Mais, quand elle arrive, l’amie en question est morte et le téléphone portable de Becca, son seul lien avec sa mère, ne passe nulle part.

Nous retrouvons donc Becca et sa bande de copains et de copines de lycée un peu plus d’un an après sa fuite et cherchant toujours à retrouver sa mère. Elle déploie toute son énergie à ne pas se faire démasquer mais culpabilise terriblement de ne pouvoir dire la vérité à son amoureux, Derric, qui lui aussi a un lourd secret.

Il va m’être nécessaire de lire le premier opus des aventures de la jeune Becca pour tout comprendre. Ici, c’est la description des personnages qui emportent le plaisir de lecture, plus que l’intrigue qui se termine un peu en queue de poisson. Avec deux personnages qui m’amusent beaucoup : un grand-père devenu handicapé à la suite d’un sévère AVC et sa fille, une abominable mégère admirablement décrite …

 

Les lumières de l’île (The Edge of the Light) traduit de l’anglais par Alice Delarbre, au format Pocket (Presses de la cité), 404 p.,

Posté par mpbernet à 08:11 - Lu et vu pour vous - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

  • Aïe

    C’est vrai qu’elle a écrit une série ado, je pense que le dernier avec Barbara et Linley est La punition qu’elle mérite et en poche Une avalanche de conséquences sans doute. Mais quand on aime...

    Posté par Brigitte, 30 mai 2019 à 12:01

Poster un commentaire