Bigmammy en ligne

30 juillet 2019

Sans l'ombre d'un témoin, polar d'Elizabeth George

 

sans témoin

Dans la série de la vingtaine d’ouvrages qui constitue la saga des enquêtes de Thomas Linley et Barbara Havers, ce roman-là constitue un jalon capital.

C’est le douzième opus, et la situation est la suivante : après l’agression dont a été victime le supérieur hiérarchique direct de Linley, celui-ci a été désigné comme commissaire intérimaire. Havers, elle, a été rétrogradée comme constable et fait tout, avec l’aide de Linley, pour retrouver son titre d’inspecteur. Elle va y parvenir magnifiquement.

L’affaire qui est confiée à l’équipe est particulièrement grave : plusieurs jeunes adolescents ont été retrouvés assassinés dans Londres. Personne n’avait signalé leur disparition, et ce sont de jeunes métis, prédélinquants ou de jeunes homosexuels ou des Noirs …

L’affaire est politiquement sensible car la presse ne va pas manquer de signaler l’apathie des autorités devant ce qui apparaît comme l’œuvre d’un psychopathe chassant ses jeunes victimes autour d’une organisation d’aide à ces adolescents en difficulté.

Pour manifester l’absence de préjugés de la police métropolitaine, Hillier, le grand patron, a décidé communiquer et mettre systématiquement en avant le sergent Winston Nkata. Il fait appel non seulement à un profileur mais aussi à un journaliste chargé de dresser le portrait des membres de l’équipe d’investigation. Pour sauvegarder le passé de Nkata, Linley accepte de mettre en avant sa trajectoire personnelle : comte, propriétaire terrien, ancien d’Eton et Cambridge, et pourtant policier.

Mais le tueur est très intelligent, et l’histoire ne va pas du tout se dérouler comme prévu. Comme toujours, Elizabeth George analyse avec ferveur la situation dramatique des communautés pauvres et leur manque d’avenir, le rôle parfois démoniaque de la Presse, les relations de pouvoir dans la hiérarchie policière.

Bien entendu, l’intelligence combinée de Linley et Havers, assistés de Saint-James, l’ami légiste chevronné, viendra à bout du coupable. Mais le prix à payer par Thomas Linley, sera effroyable. Et pour le coup, je regrette de ne pas avoir lu les romans dans l'ordre car je connaissais la suite qui se déroule dans "Anatomie d'un crime" ... (attention, si vous suivez le lien, c'est un indice).

 

Sans l’ombre d’un témoin (With no one as Wittness), polar d’Elizabeth George, traduit de l’anglais par Dominique Wattwiller et Hubert Tézenas, édité chez Pocket, 920 p., 9,40€

Posté par mpbernet à 07:49 - Lu et vu pour vous - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

  • Merci pour tous tes conseils de lecture Marie-Pierre ! J'ai un livre à lire de cette auteure, dont j'entends beaucoup de bien.
    Il faut que je prenne le temps...
    Doux après-midi à vous tous.
    Amitiés à vous deux.
    Bernadette.

    Posté par Binchy, 30 juillet 2019 à 14:05

Poster un commentaire