Bigmammy en ligne

15 septembre 2019

La Vagabonde, roman de Colette (1910)

 

La-Vagabonde

Il faut se remettre dans l’ambiance de ce début de vingtième siècle, complètement codifié et aux rituels sociaux immuables, pour se rendre compte à quel point l’œuvre de Colette est subversive … et toujours aussi actuelle.

La Vagabonde est le premier roman que Colette (1873 – 1954) écrit entièrement et sous son nom de Colette Willy. Elle vient de divorcer de son mari volage, qui l’a utilisée comme « nègre » pour ses multiples écrits et en particulier la série des « Claudine ». Elle l’avait follement aimé, elle est traumatisée par la fin de cette histoire mais recouvre avec la solitude, sa liberté. Elle a 34 ans, comme son héroïne, Renée Néré.

La vagabonde raconte en trois actes sa nouvelle vie de mime et de danseuse fort peu vêtue, en compagnie de son camarade Brague – en réalité le comédien et mime Georges Wague – dans les coulisses des cafés concerts, à Paris et en province.

Car il s’agit d’un roman largement autobiographique et à clés, publié en 1910. Elle y fait de son ex-mari – transformé sous le nom de Adolphe Taillandy – un portrait-charge de peintre mondain sans talent mais qui couche avec toutes ses clientes. Un Taillandy coureur, mais aussi « homme d’affaires, manieur et escamoteur d’argent cynique et brutal, plat et fuyant selon les besoins de l’affaire. » De ce point de vue, le récent film des premières années de Colette à Paris, par Wash Westmoreland, est intéressant.

Le peintre plein de talent, en réalité, c’est Colette. Ses descriptions de la nature, des couleurs et des sons, des brumes et de la pluie, de la mer éclatante comme des forêts giboyeuses ne sont jamais ennuyeuses. C’est un style absolument étincelant, profondément actuel …

 

Colette en scène

Renée vit la vie des artistes de music-hall, décrit les fatigues des tournées, les discussions sur les cachets, la course pour se faire engager, le pourcentage alloué à l’impresario, la camaraderie ... Elle doit gagner sa vie toute seule.

Elle fait la connaissance d’un jeune admirateur, bel homme oisif et riche, éperdument amoureux d’elle. Max est gentil, respectueux, très épris, il lui propose le mariage, une vie de rêve, un enfant peut-être … Elle commence à redevenir amoureuse, elle aussi, mais entre cette nouvelle vie et la liberté, elle choisit de rompre …

C’est le choix d’une femme libre, extraordinairement moderne, iconoclaste, volontiers provocatrice par ses liaisons homosexuelles, mais à la plume prolifique et toujours juste, merveilleuse interprète de la complexité féminine. Un monument de la littérature française, sa lecture donne un formidable coup de jeune !

 

La Vagabonde, roman de Colette, en Livre de Poche  251 p., 6,20€

Posté par Bigmammy à 08:00 - Lu et vu pour vous - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

  • Oui, une femme libre s'il en est . Complètement d'actualité . Un précurseur dans le combat des femmes. Un bouquin que j'ai déca lu il y à longtemps et qui m'avait déjà interpellé . Moi qui ai qq chose de "Féminin" comme dit ma Dermato, j'ai toujours épousé ce combat , même si qq fois j'ai étais maladroit, voir, un peut "Macho" . A il y aurait tant à dire et surtout, tant à faire.

    Posté par Rayface06, 15 septembre 2019 à 10:43
  • Relire Colette, pas loin de 50 ans plus tard.
    Une excellente idée!

    Posté par Sylvie, 15 septembre 2019 à 22:53

Poster un commentaire