Bigmammy en ligne

20 septembre 2019

Du douanier Rousseau à Séraphine, les grands maîtres naïfs

naïfs affiche

André Bauchant, Camille Bombois, Ferdinand Desnos, Jean Eve, Dominique Peyronnet, René Rimbert ou Louis Vivin … autant de noms qui n’ont pas retenu l’attention qu’ils méritent. A part Séraphine Louis sans doute, au sujet de laquelle un superbe film fut réalisé par Martin Provost. Cette belle exposition leur rend justice.

 

IMG_4527

 

wilhelm_uhde_devant_un_vivin

IMG_4530

 

IMG_4535

 

IMG_4536

 

IMG_4534

Ce qui caractérise ces peintres non conventionnels le plus souvent autodidactes, c’est l’absence de règles de perspective et de proportionnalité. En revanche, la fraîcheur, la poésie, les couleurs et l’inventivité compensent largement ces carences. Cependant, ils restèrent marginaux car ouvertement à contre-courant des avant-gardes et des académismes.

 

IMG_4543

Cet engouement pour ces peintres « primitifs modernes » est dû à l’action de Dina Vierny, la muse-modèle de Maillol et fondatrice du musée, qui les collectionnait. On souligne aussi l’influence de Wilhelm Uhde (1874 – 1947), collectionneur et critique d’art, et premier mari platonique de Sonia Delaunay.

On retrouve avec plaisir les grandes compositions florales de Séraphine de Senlis, ses couleurs lumineuses (elle utilisait du Ripolin), ses accumulations de feuilles parfois inquiétantes …

Séraphine, femme de ménage chez Wilhelm Uhde, et que Dina Vierny collectionna avec passion et à laquelle une belle exposition fut consacrée dans ce musée même en 2009.

 

IMG_4532

 

IMG_4542

 

IMG_4545

 

IMG_4540

 

IMG_4538

Bêtes sauvages, forêts vierges, autoportraits, natures mortes, vues de la mer infinie, villes vides … Ces artistes dits naïfs donnent à voir de belles images, un art accessible, qui enthousiasma les maîtres comme Picasso – en particulier Henri Rousseau et ses poétiques visions de la jungle et de ses animaux, lui qui se documentait uniquement dans les serres du muséum d’histoire naturelle …

 

Du douanier Rousseau à Séraphine, les grands maîtres naïfs au musée Maillol, jusqu’au 19 janvier, tous les jours à partir de 10h30, 59-61 Rue de Grenelle, 75007 Paris

Posté par mpbernet à 08:00 - Lu et vu pour vous - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

  • Le musée de Laval en Mayenne a le fond le plus riche en naïfs, de même que certaines archives d hôpitaux psychiatriques; nous l avons découvert il y a longtemps, avant le beau film sur Séraphine. Dommage qu il soit peu connu

    Posté par Martine, 20 septembre 2019 à 08:47
  • C'est artistes méconnus

    Je suis émerveillé par tant de talent et très sensible à cet Art . Mais je suis horrifié par mon inculture dans ce domaine. Mes plus beaux souvenirs restent la visite du Musée du Louvre et également l'exposition des impressionnistes au Palais d'Orsay . J'ai également eu la chance de visiter l'atelier de Paul Cézanne à Aix en Provence la veille de "grimper" , en tant que Moniteur de randonnée pédestre, la Ste Victoire qu'il a tant de fois peinte . Nous y avions emmenés notre Club de Mandelieu .Cela reste un formidable souvenir

    Posté par Rayface06, 20 septembre 2019 à 16:32

Poster un commentaire