Bigmammy en ligne

19 octobre 2019

L'Ennemi, récit de Georges Buisson

couv L'ennemi

Un pavé de rancoeurs, une longue histoire de famille tristement abominable, le drame d’un homme suprêmement doué intellectuellement mais complètement mégalomane et pervers.

En fait, on lit deux biographies entrelacées, l’autobiographie du fils massacré et le parcours de son père homme d'influence, l’histoire d’un arrachement (pas encore totalement abouti) et de la cessation douloureuse d’une emprise. Glaçant, édifiant, terrifiant.

Le personnage central est Patrick Buisson, journaliste, spécialiste des sondages, historien et homme de médias, conseiller occulte des puissants. Je savais que l’homme était de droite, il ne s’en est jamais caché. Mais à ce point d’extrême droite, j’ignorais.

Spectatrice assidue de la chaîne Histoire et de LCI, ces deux filiales de TF1, j’appréciais ses interventions éclairantes.

J’ai lu avec plaisir (!) les deux tomes de son histoire passionnante des turpitudes sexuelles des Français sous l’occupation. Bien écrits, sérieusement documentés … Bref, de la belle ouvrage. En revanche, je n’ai jamais lu les journaux dans lesquels Patrick Buisson a écrit ou qu’il a dirigés : Minute, Le Crapouillot … entre autres.

Je connais la ligne éditoriale du Figaro Magazine … J’aime bien les images mais je ne partage pas l’idéologie généralement ultra-droitière des articles. Et puis, en démocratie, même les opinions extrêmes ont droit de cité. L’essentiel est d’être prévenu, de ne pas être dupes.

Alors j’ai tout de même appris beaucoup de ce survol de ces cinquante dernières années. En particulier sur l'orientation idéologique de la multitude de personnages qui grenouillent dans la mouvance de cette frange de notre société.

Patrick Buisson, né en 1949, c’est ma génération. La description des événements de 1968 est passionnante, à rapprocher de la récente biographie de René Rémond, Président de l’Université de Nanterre, par Charles Mercier. Cette plongée dans les groupuscules violents de l’extrême (Occident, GUD ...), des fraternités catholiques intégristes, des liaisons fatales avec le Front National, puis l’influence sur le mouvement de Philippe de Villiers est stupéfiante. Et pour moi, une révélation pour certains de ces personnages que j’ai personnellement connus.

L’autre facette de ce livre, c’est la description de l’emprise diabolique d’un père sur son fils, avec en toile de fond la fascination de l’argent. Le livre retrace sur plus d’un demi-siècle et de manière inextricable « l’intrigue, la politique et l’argent ». C’est le témoignage poignant d’un fils enlevé à sa mère, vassalisé, qui raconte comment Patrick Buisson s’est comporté avec lui à la fois comme « un père, un directeur de conscience, un juge, un créancier, un employeur, un propriétaire et un adversaire. »

Maître chanteur, raciste, narcissique, monteur de dossiers, délateur, tripatouilleur fiscal, menteur … Jamais je n’aurais imaginé ce versant noir d’un homme aussi intelligent, travailleur compulsif, homme d’influence qui a « fait » l’élection d’un président mais a terminé lamentablement sa carrière en enregistrant ses conversations avec ses interlocuteurs politiques … à toutes fins utiles – avec toujours cette angoisse de manquer …

On dit souvent que l’écriture est une recette pour transfigurer une souffrance. Pour Georges Buisson dont la plume est limpide, structurée et fluide, je souhaite que ce livre ait été utile et qu’il a enfin retrouvé la sérénité. Ce que je regrette profondément, c’est la mise en lumière de l’instrumentalisation de la religion à des fins politiques. Ici, comme ailleurs.

 

L’Ennemi, récit de Georges Buisson, édité chez Grasset, 685 p., 25€

Posté par mpbernet à 08:00 - Lu et vu pour vous - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

  • « L’Ennemi »

    Salut, je pense que « L’Ennemi » est un roman formidable. Par ailleurs, je trouve que tu l’as très bien décrit. En effet, j’aime bien ton analyse puisqu’il comprend de nombreux détails.

    Posté par Kyle, 21 octobre 2019 à 17:20

Poster un commentaire