Bigmammy en ligne

21 octobre 2019

Les gardiennes du silence, polar ésotérique de Sophie Endelys

silence

Voici le cinquième livre de cette auteure qui, dans la vie civile, est magistrate.

Hélas, je ne chercherai pas à lire ses précédents ouvrages … car j’ai eu bien du courage à poursuivre ma lecture jusqu’à la dernière page.

Chloé, l’héroïne, est mariée à Jeffrey, un immonde salopard, que, dès les premières lignes, elle vient de tuer. Avec ses formes généreuses, une jambe raide, c’est une jolie femme déterminée mais en fuite ....

Orpheline à 11 ans – ses parents sont morts dans un accident d’auto – elle est la fille d’un écrivain célèbre dès son premier et unique roman et a été élevée par sa tante Viviane, actrice mondialement connue. Chloé travaille dans un secteur très particulier : la bibliographie-archivistique.

L’intrigue porte sur le mythe d’un lieu caché, une bibliothèque troglodyte enfouie dans une île perdue de la mer du nord, où seraient conservés depuis le XVIème siècle, tous les livres publiés de l’humanité, préservés du feu, des insectes et de la censure, un temple du savoir infini.

Un zeste de transhumanisme, de science-fiction, dans le genre des post-illuminati, les néo-templiers et des rosicurciens, avec des savants fous créateurs de chimères mi-homme mi-animal … et, comme toujours, la quête d’un manuscrit maudit jonchée de plusieurs cadavres.

Bref, je me suis retrouvée dans le décor de l’ïle noire mais sans Tintin, entre les pages du Club Dumas mais sans le talent d’Arturo Perez-Reverte, un peu aussi sur l’ïle du Docteur Moreau (Wells, 1896) à la sauce Dan Brown. Rien de très nouveau, une trame invraisemblable, une foule de termes techniques superflus, une chute bâclée. Je suis sévère ? Sans doute.

Un seul point positif très personnel : la figure de Jean Mabillon (1632 – 1707), historien bénédictin créateur d’un « discours de la méthode » de l’analyse des documents, fondateur de la diplomatique … Pour moi, c’était jusqu’ici le nom d’une rue du quartier latin, où se situait en 1965 un restaurant universitaire, justement là où j’ai rencontré pour la première fois celui qui allait devenir mon mari !

 

Les gardiennes du silence, polar de Sophie Endelys édité aux Presses de la Cité, 395 p., 20€

Posté par mpbernet à 08:00 - Lu et vu pour vous - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

  • « Les Gardiennes du silence »

    Salut, je pense que le polar ésotérique « Les Gardiennes du silence » est très impressionnant. Par ailleurs, je trouve que ta critique est très intéressante. Bonne journée et à la prochaine !

    Posté par Kyle, 22 octobre 2019 à 15:15

Poster un commentaire