Bigmammy en ligne

09 novembre 2019

Mur où es-tu ? Moi aussi, je me souviens ...

La_chute_du_mur_de_Berlin_1989

Lorsque je suis entrée en sixième en 1957, mon père m’a conseillé d’étudier l’Allemand en première langue car il pensait que toutes les guerres qui nous avaient séparés étaient le fruit de notre ignorance réciproque. A partir de la classe de quatrième, je fus envoyée dans une famille allemande … et je continue aujourd’hui – 60 ans après – a correspondre avec la jeune fille de cette famille … Car nous avons continué nos échanges, année après année. Salut Karen !

C’était une famille berlinoise, repliée après la guerre dans la ville universitaire de Marbourg. A l’été 1962 ou 1963, ils m’ont emmenée à Berlin, séparé en deux entités étanches depuis l’édification, dans la nuit du 12 au 13 août 1961, du Mur censé empêcher , sur les 155 km qui enserraient tout le secteur de Berlin-Ouest, l’hémorragie des Allemands de l’Est vers le paradis occidental.

Et je me souviens : la longue autoroute quasiment vide qui servait de couloir d’accès depuis la RFA vers la RDA, avec les policiers des frontières lourdement armés postés sur les ponts, l’arrivée et le passage du check point (une file pour les ressortissants de la RFA et une pour les Européens), le passage obligé sur une plate-forme pour prendre la mesure du dispositif défensif de cette frontière dramatique : non seulement le mur, les barbelés, la zone labourée, les miradors, les chiens … et les familles tentant de communiquer de part et d’autre, avec des jumelles. Totalement déprimante, la leçon d’histoire !

érection du Mur

Alors, chaque année, je me souviens avec émotion de l’extraordinaire démantèlement de cette horrible séparation. Le système totalitaire se délitait depuis longtemps de l’intérieur … Les manifestants ne désarmaient pas, c’étaient des jeunes, ils voulaient vivre comme tous les Européens, consommer, voyager, être libres de penser autrement …

Je me souviens de cette conférence de presse tenue par les dirigeants du SED, le parti communiste au pouvoir en RDA, en cette soirée de novembre 1989. Vers la fin de cette conférence retransmise en direct, Günter Schabowski lit machinalement un projet de décision du Conseil des ministres portant sur une nouvelle réglementation des voyages privés à l’étranger, autorisés désormais sans justificatif … Un journaliste lui demande : « A partir de quand ? », et Schabowski de répondre, hésitant : « A ma connaissance, immédiatement (Sofort !) »

Et ce fut la ruée, puis le démantèlement du mur, l’euphorie …

Après 30 ans, toutefois, il faut bien déplorer que la réunification des deux parties de l’Allemagne a encore des progrès à accomplir à l’Est. Les différences de niveau de vie perdurent, les jeunes générations trépignent et aujourd’hui, des ex-communistes grossissent les rangs du parti « Alternative für Deutschland », ouvertement neo-nazi … Le devoir de mémoire est pourtant essentiel … car ce 9 novembre 1989 est une date capitale du XXème siècle.

Souvenons-nous, transmettons ce dont nous avons été les témoins.

Posté par mpbernet à 08:00 - Actualité - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

  • Mêmes souvenirs glaçants de l atmosphère en RDA, à l'occasion d' une panne sur l'autoroute reliant Berlin à la RFA. Surveillance jusque dans les toilettes désertes la nuit, questionnements répétés jusqu'à l'absurde, absence de piece de rechange, bricolage de fortune sous l'œil goguenard d'une autorité. ..apprecions notre bonheur de vivre encore dans un pays de liberté et d'entraide spontanée

    Posté par Christine, 09 novembre 2019 à 08:52
  • Je me souviens très bien de cette chute du mur de Berlin, d'ailleurs j'en ai un petit morceau qu'un ami qui était sur place nous a ramené, nous le gardons précieusement. J'ai visité l'Allemagne mais que du coté ouest.

    Posté par Jauneyris, 09 novembre 2019 à 10:43

Poster un commentaire