Bigmammy en ligne

22 février 2020

Studi & Schizzi, dessiner la figure en Italie (1450 - 1700) à la Fondation Custodia

IMG_0738

Visiter une exposition présentée par la Fondation Custodia est toujours très agréable : la galerie du 1er étage est vaste et parfaitement éclairée, les œuvres sont disposées à hauteur de visage, les cartels sont clairs, la foule silencieuse et peu dense … Et on fait à chaque fois des découvertes.

Issus pour la très grande majorité de la collection de Fritz Lugt, voici 85 dessins des grands maîtres de la Renaissance jusqu’à l’époque Baroque, une débauche d’esquisses (Schizzi) et d’études (Studi) préalables à de grandes compositions, comme les mécènes des quinzième et seizième siècles les commandaient pour montrer leur puissance.

IMG_0737

IMG_0739

IMG_0740

IMG_0742

IMG_0743

Filippino Lippi, Andrea del Sarte, Annibale Carrache, Carpaccio, Guirlandaio, Guercino, Brandinelli, Barocci, Le Titien … Ce sont les plus doués. Il y en a d’autres, mais ce sont ceux qui m’ont le plus émue. En  particulier, ces esquisses pour Marie-Madeleine (Le Guerchin), ce groupe d’hommes sur fond bleu (Carpaccio), cette tête de jeune garçon de profil vers la gauche attribuée à Domenico Ghirlandaio.

Le propos est de montrer comment les artistes de ce temps représentent la figure humaine en deux dimensions, comment suggérer le volume, les justes proportions, disposer les figures dans un espaces contraint, faire jaillir la lumière …

Ces dessins constituent le préalable indispensable à l’œuvre qui va suivre : on perçoit le procesus de création, les hésitations, enfin le carroyage qui va permettre de réaliser le tableau définitif à l’échelle. Ces traits et hachures, ce modelé, sont si précis, si évocateurs.

IMG_0744

IMG_0746

IMG_0745

leoni

Devant certains portraits, on se dit que les hommes de cette époque n’avaient nul besoin de la photographie pour saisir un regard, une attitude …

Le trait, rien que le trait, dans toute sa simplicité, sans autre medium que la feuille de papier, le fusain, la sanguine ou encore la biacca - la gouache blanche - appliquée en un réseau de lignes parallèles avec la pointe d'un pinceau très fin. Rien que la main du maître …

En prime, deux artistes contemporains sont proposés à la découverte, mais je parlerai plus tard des gravures sur bois en couleurs du peintre Dijkstra et de ses sublimes paysages …

 

Studi & Schizzi, exposition à la Fondation Custodia, 121 rue de Lille – 75007 Paris, jusqu'au 10 mai - tous les après-midi sauf le lundi – 10 € 

Posté par Bigmammy à 08:00 - Lu et vu pour vous - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

  • Magnifique

    Quel talent !

    Posté par Sylvie, 22 février 2020 à 10:23

Poster un commentaire