Bigmammy en ligne

23 mars 2020

Indispensables routines

IMG_0830

On pourrait croire que, étant retraités tous les deux, Claude et moi ne changeons pas grand-chose à notre vie en restant claquemurés dans notre appartement parisien. Eh bien non.

Nos habitudes ont changé et nous nous adaptons. Certes, nous sommes de multiprivilégiés : cinq pièces pour deux – il fut un temps où nous nous sentions à l’étroit avec nos trois filles – un seul étage à gravir même si d’aventure l’ascenseur tombe en panne – les meilleurs commerçants de bouche à notre disposition dans un rayon de moins d’un kilomètre (pour répondre à une éventuelle vérification de l’autorisation de sortie), des voisins très gentils, une gardienne attentionnée.

Mais ce qui pèse le plus est la privation de liberté. Il ne nous en reste plus tellement à mesure que l’âge avance et pourtant, c’est d’autant plus difficile à supporter. J’avais un patron, un aussi intelligent que bel homme et alors dans la fleur de l’âge, qui avait coutume de dire : « La vie est une suite de renoncements. »

Ce qui me manque le plus, ce sont toutes ces magnifiques expositions dont j’avais noté l’ouverture sur mon agenda : Cézanne au musée Marmottan-Monet, les curieuses sculptures de Léopold Chauveau à Orsay, Turner à Jacquemart-André, James Tissot à Orsay encore, Pompéï au Grand Palais … Heureusement, je vais en savoir plus de façon indirecte grâce à mes revues d’art préférées.

J’ai laissé tomber le tricot car je n’ai pas l’impression que mes ouvrages soient encore à la mode chez les jeunes ados que sont devenus mes petits-enfants.

IMG_0827

Il me reste la lecture.

Pour faire durer le plaisir et ne pas dévorer en une journée un polar très attendu, j’alterne avec un ouvrage de philosophie de l’histoire … que je feuillette en me glissant dans les draps, espérant qu’il va me permettre de trouver plus vite le sommeil.

 

IMG_0831 (2)

Nouvelles habitudes, nouveaux réflexes, il faut scander ces journées de routines nouvelles. Couper la télévision et arrêter les informations anxiogènes, s’habiller comme pour sortir, ne rien laisser traîner, planifier les courses pour au moins trois jours – moi qui ne décide que devant un étal de ce que je vais cuisiner, qui n’ai jamais de stocks … - vérifier les médicaments …

La seule interrogation est : aujourd’hui, je sais que nous n’avons pas le coronavirus. Chaque journée de confinement supplémentaire nous le confirme mais nous l’avons peut-être déjà en nous sans le savoir …et nous ne pouvons nous permettre de tomber malades, à cause de nos fragilités spécifiques. L’angoisse vient aussi de l’après-« guerre » : comment va-t-on surmonter cette crise économique mondiale ?

En réalité, je suis confiante : ne pas noircir le tableau, on va trouver ensemble le moyen de faire craquer nos certitudes - et traiter rapidement les personnes atteintes pour faire tomber plus vite leur charge virale et éviter les surinfections pulmonaires - et le carcan de normes qui enserre notre économie, et ce au niveau mondial. Volens, nolens, nous nous adapterons, rien ne sera plus comme avant, sans doute subirons-nous une baisse générale du niveau de consommation. Et au prix de changements de comportements individuels et collectifs : nos investissements seront réorientés, nos pratiques d’hygiène revisitées, nos solidarités renforcées.

Pas de panique, arrêtons de nous angoisser, faisons-nous confiance. Nous avons tellement d’atouts et la technologie est partout pour soulager nos misères. C’est tellement rigolo d’avoir un rendez-vous téléphonique simultané avec nos trois filles à l’heure du rituel de l’apéro chacun dans son canapé !

Je me demande comment, dans une vingtaine d'années, nos petit-enfants se souveindront de cette cohabitation forcée avec leurs parents ?

Posté par Bigmammy à 08:00 - Journal de bord - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

  • D'accord avec vous pour la crise économique et pour nos tricots qui ne séduisent plus la jeunesse. Mais comme je ne saurais me passer de toucher la laine et d'en faire quelque chose avec mes mains , je me suis orientée vers les accessoires (un beau chèche trouve toujours preneuse) ou la layette (il y a toujours un bébé à naître alentour) mais surtout, avec des points très compliqués qui prennent bien la tête et bien longs à faire car les laines douces et arachnéennes sont coûteuses . La télé passe mieux dans ce contexte. Patience à vous, on s'en sortira.

    Posté par Christine, 23 mars 2020 à 09:02
  • Chacun en ce temps difficiles fait de son mieux pour tuer le temps alors que c'est lui seul qui nous tue disait Gilbert Cesbron ....
    J'aime le tricot et si les pulls ne plaisent plus à la jeunesse on peut tricoter des chaussettes en général ceux à qui j'en offre sont toujours ravis ... des plaids , des châles des décorations d'intérieur .... bref à part les pulls il reste des ressources pour le tricot.Bonne journée à tous

    Posté par Erna, 23 mars 2020 à 10:28
  • Je ne sais que rajouter à ton article Marie-Pierre. Vous avez la chance d'avoir un grand appartement en effet et tous vos commerçants autour de vous etc...
    Restons positifs, chez nous. Nous, nous avons la chance de vivre à la campagne et d'avoir de l'espace autour de chez nous.
    J'ai une pensée pour nos soignants et tous ceux qui sont obligés d'aller travailler, prendre des risques pour mieux nous servir...
    Douce soirée à vous deux et continuer à prendre soin de vous.
    Amitiés.
    Bernadette.

    Posté par Binchy, 23 mars 2020 à 20:02
  • Votre optimisme fait du bien.
    J'ai moins que vous confiance en l'humanité et nos concitoyens. Je partage toutes vos idées, tout en étant plus dans le souhait que la certitude.
    Je savoure également ma chance. Mes activités culturelles me manquent certes, mais, comme vous, je compense.
    Merci à nos soignants, pour lesquels j'éprouve une grande reconnaissance.

    Posté par MAG, 23 mars 2020 à 20:17
  • Bonjour et merci pour votre présence.
    Pour info je tricote de la layette pour les restos du cœur et des chaussettes . ça va tout doucement mais sûrement à tricoter 😊
    Bon courage
    Patricia

    Posté par Patricia, 24 mars 2020 à 20:57

Poster un commentaire