Bigmammy en ligne

10 mai 2020

10 mai : l'autre anniversaire ...

Insel Riems

Voilà un 80ème anniversaire que nous nous gardons bien de célébrer !

Celui de l’invasion irrésistible de notre pays par l’Allemagne de Hitler, surgissant à travers les Ardennes. Une guerre-éclair qui nous submergea en 45 jours (lire « L’étrange défaite » de Marc Bloch), telle une pandémie virale, bousculant toutes nos certitudes sur son passage.  "Jamais, depuis la guerre de Cent ans, ne s'était produit en France un effondrement politique et militaire tel que celui de mai-juin 1940", comme l'écrit un article du Figaro d'hier ....

Une preuve de la « deutsche Gründlichkeit* », toujours aussi efficace aujourd’hui lorsqu’on regarde les résultats du système sanitaire allemand face au Coronavirus.

Comment expliquer ces excellents scores, dans un pays dont nous savons que la part de la population âgée est plus élevée que la nôtre ?

Pour avoir passé de nombreux étés en famille d’accueil allemande ne parlant pas un mot de français, y avoir conservé mon excellente amie Karen Ostertag avec laquelle nous échangeons presque quotidiennement via FB, j’avance quatre explications.

-         Les Allemands sont un peuple discipliné (tradition protestante ?), culturellement respectueux des statuts sociaux et intellectuels, en particulier envers les enseignants et les scientifiques. On se gausse de leur manie de créditer des foules de gens de leur titre universitaire : Herr Doktor … mais quand le gouvernement édicte des consignes, ils les suivent sans protester (cela eut aussi, jadis, des effets désastreux !) ;

-         La structure fédérale de ce pays jamais gouverné de façon centralisée permet une meilleure adaptation au terrain et une prise rapide de responsabilité ; la confiance envers les dirigeants démocratiquement élus est bien plus élevée que la nôtre.

 

guerre

 

guerre2

-         Une sainte frousse de toute forme de contagion. Feue ma belle-mère adoptive adorée Jacqueline Briot nous racontait souvent son expérience de l’occupation, alors que la maison où elle vivait à La Roche-sur-Yon était réquisitionnée pour loger un officier allemand et son ordonnance. Dans certaines fermes, il suffisait d’évoquer une suspicion de fièvre aphteuse pour que ces conquérants aguerris prennent leurs jambes à leur cou.

-         Enfin, leur avance technologique en matière de recherche sur les virus. Précisons que le premier centre de recherche au monde en virologie fut fondé en 1910 par Friedrich Löffler. Il fut installé dans une petite île de la Baltique, Riems. D’abord laboratoire spécialisé dans la recherche sur les maladies animales, un camp de prisonniers y fut installé pendant la guerre. On y travaillait alors sur les armes biologiques. Mon père, Jean Mens, raconte dans ses mémoires son séjour dans ce camp. Il a bien fait de s’en évader en 1942 puisque ce sont les Russes qui le libérèrent en 1945. Aujourd’hui, la recherche y porte sur la grippe aviaire, l’ESB (encéphalite spongiforme bovine), etc … et l’accès à cette île idyllique est strictement réglementé, on la nomme « L’île la plus dangereuse du monde » …

Inutile, comme les Grecs, de se couvrir la tête de cendres, il me paraît urgent de remettre à plat notre système sanitaire pour le rendre plus alerte, moins "administré", plus communicant (hôpital et médecine de ville), moins obuibilé par la recherche de profit avec cette satanée facturation à l'acte.

Au moins cette catastrophe sanitaire pourrait servir à quelque chose ... 

 

*rigueur allemande

Posté par Bigmammy à 08:00 - Coup de coeur - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

  • Voilà qqs mots bien posés pour une situation dont il faudra tirer leçon .

    Posté par Milie, 10 mai 2020 à 10:19
  • Oui..Cela fait réfléchir !

    Posté par lyllia, 10 mai 2020 à 11:27
  • Je me permets de réagir sur un point, à savoir la décentralisation politique. La Belgique connaît le même système politique et une gestion de la crise caractérisée par un seul mot "pagaille à tous les étages".

    Posté par lotte, 10 mai 2020 à 14:43

Poster un commentaire