Bigmammy en ligne

27 mai 2020

Les oeuvres majeures de la télévision publique ...

 

perses-3b

 

L'obligation de rester à la maison m'a fait découvrir non seulement des livres classiques qui restaient serrés depuis des années dans mes rayonnages, mais donné l'occasion de revoir des oeuvres télévisuelles de ma prime jeunesse.

L'Institut National de l'Audiovisuel rassemble des milliers de créations françaises qui pour moi évoquent des souvenirs très précieux. J'ai été élevée avec la télévision. Aussi loin que me porte ma mémoire, je retrouve des moments précieux. Le plus ancien souvenir précis d'une émission exceptionnelle est le couronnement d'Elisabeth II en 1953 (j'avais 6 ans !).

Toute la famille est restée scotchée devant le poste pendant la retransmission. Pour la seule et unique fois de notre vie, ma mère n'a pas fait la cuisine ce jour là, nous avons mangé des tranches de jambon avec les doigts, assis par terre autour du récepteur.

Dans ces années soixante, où il n'y avait qu'une seule chaîne, en noir et blanc ... et étroitement contrôlée par le pouvoir exécutif. Personne ne s'en plaignait ... Mais il y avait aussi un vrai souci de qualité et d'apport culturel réellement populaire, avec une allocation de moyens considérable.

J'ai évoqué récemment la série de Marcel Bluwal "Belphégor, le fantôme du Louvre", les émissions historiques mises en scène  par Stellio Lorenzi "La caméra explore le temps", je pense aussi aux soirées du mardi soir "Les Dossiers de l'écran" d'Armand Jammot avec un film suivi d'un débat ... C'était passionnant.

Et j'en veux pour preuve deux créations destinées au grand public, qui m'ont particulièrement marquée, dans deux registres très différents : Thierry La Fronde et Les Perses.

 

Thierry-la-fronde

 

Thierry la fronde

Diffusée entre 1963 et 1966, la série de 52 épisodes de 25 minutes qui prenait pour héros je jeune noble rebelle Thierry incarné par Jean-Claude Drouot était conçue par Jean-Claude Deret, qui s'était réservé le rôle du méchant Messire Florent. Une affaire de famille puisque la jolie amie de coeur de Thierry était jouée par Celine Léger, épouse à la ville de J-C Deret et maman de la petite Zabou Breitman ! Je ne manquais pas un épisode le vendredi à 19h 30 ... et la musique du générique, signée Jacques Lhoussier, me reste éternellement en mémoire.

Dans un tout autre ordre d'idées, il fallait un sacré culot pour décider la diffusion de la tragédie antique d'Eschyle "Les Perses", extraordinaire adaptation sous forme d'oratorio diffusée en 1961 dans des décors et des costumes absolument époustouflants.

Une mise en scène de Jean Prat, sur une musique de Jean Prodromidès, très fidèle au texte d'origine datant du 5ème siècle avant Jésus-Christ.

Une oeuvre ramassée - elle dure à peine plus d'une heure - avec une distribution digne de la Comédie française (François Chaumette, Maria Meriko, Maurice Garrel, Charles Denner) tous méconnaissables - sauf leur voix - sous leurs masques rigides. De quoi marquer les esprits et ne vous laisser jamais oublier comment les Grecs ont, à dix contre un, vaincu les Perses de Darius et Xerxes à Salamine.

Bref, devant la faible qualité des centaines de chaînes qui sont aujourd'hui à notre disposition, je me prends à regretter la télévision publique de ma jeunesse ... à regarder aujourd'hui sur le site de l'INA !

Qui s'en souvient ?

A visionner sur madelen.ina.fr

 

 

Posté par Bigmammy à 08:00 - Lu et vu pour vous - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

  • Ah Thierry la Fronde !! je n'en garde pas vraiment de souvenir (à part la musique) sinon que dans notre famille grâce à cette série ma sœur 4ème dans le rang de la fratrie s'appelle Isabelle car nos parents avait demandé à l'unique fils de la famille (qui allait être le parrain) de choisir le prénom du bébé qui allait arriver. Thierry a t il décidé (comme son héros) et comme toute la famille attendait un garçon (il n'y avait pas d'échographie à cette époque) ce prénom fut choisi mais surprise ! c'était une fille ! donc le futur parrain a décidé que ce serait Isabelle comme la fiancée de Thierry la Fronde.

    Posté par christine, 27 mai 2020 à 08:46
  • Je vous rejoins: mon plus vieux souvenirs est le couronnement de la reine Elisabeth.
    Et un de nos cousins qui vit le jour à cette époque , eut , comme par hasard, pour prénom celui de Thierry..
    Vous me donnez une bonne idée : explorer les trésors de l' INA.

    Posté par Lyllia, 27 mai 2020 à 09:42
  • Oh là là ! Thierry la Fronde... Belphégor... Que de souvenirs... les vieux films... celui du dimanche soir...les émissions culturelles...que du bonheur dans cette évocation de notre passé... toute une époque à faire revivre... MERCI Bigmammy de le faire pour nous... très bonne journée à vous !

    Et puis tout est dit en quelques mots:

    "Toute la famille est restée scotchée devant le poste pendant la retransmission. Pour la seule et unique fois de notre vie, ma mère n'a pas fait la cuisine ce jour là, nous avons mangé des tranches de jambon avec les doigts, assis par terre autour du récepteur."

    "Dans ces années soixante, où il n'y avait qu'une seule chaîne, en noir et blanc ... et étroitement contrôlée par le pouvoir exécutif. Personne ne s'en plaignait ... Mais il y avait aussi un vrai souci de qualité et d'apport culturel réellement populaire, avec une allocation de moyens considérable."

    Posté par Mairiuna, 27 mai 2020 à 10:54
  • La télévision

    Du pain et des jeux

    Posté par Sylvie, 27 mai 2020 à 12:37
  • Vous avez tout à fait raison de parler de "la faible qualité des centaines de chaînes qui sont aujourd'hui à notre disposition". Je ne regarde quasiment pas la télévision. En l'absence de mon mari, il m'arrive de rester 10-15 jours sans même l'allumer.
    J'étais déjà adolescente quand nous avons eu la télévision à la maison. Je n'ai pas vu Thierry la Fronde ni Belphégor. Mais je me souviens avec bonheur des Dossiers de l'Ecran. Et des discussions qui continuaient le lendemain avec les camarades de classe.

    Posté par Sylvie, 27 mai 2020 à 12:54
  • Mes parents ont acheté leur première télévision en 1969, l'année de mes 15 ans. Je me souviens de tous les bons films en N&B qui passaient à l'époque ainsi que des Dossiers de l'écran, Au théâtre ce soir (que j'aimais beaucoup) un peu plus tard Apostrophes de Bernard Pivot dont je me délectait. Souvenirs !

    Posté par Binchy, 27 mai 2020 à 22:47
  • J'allais oublier les émissions de variétés avec les Carpentier, c'était génial à l'époque.

    Posté par Binchy, 27 mai 2020 à 22:49
  • Le couronnement d'Elisabeth II a été la première émission vue par mes parents sur leur nouveau téléviseur. Née en1953, je n'en garde aucun souvenir Par contre, la diffusion des Perses ("Athènes, Athènes, maudit soit ton nom, maudit soit ton nom..." scandaient les choeurs) m'a marquée durablement. Ah ! Thierry la Fronde ! qu'il était beau ! à l'école nous étions toutes amoureuses de lui ! Belphégor nous passionnait, mais aussi le Petit Théâtre de la Jeunesse qui nous faisait découvrir tant de classiques. Soupirs...

    Posté par HélèneD, 28 mai 2020 à 10:37

Poster un commentaire