Bigmammy en ligne

16 juin 2020

L'enfant de février, polar d'Alan Parks

 

enfant février

Suite du premier épisode des aventures de l’inspecteur écossais Harry McCoy, tout juste rescapé de son terrible combat au sabre sur les toîts, en compagnie de son sulfureux ami d’enfance, Stevie Cooper, étoile montante de la pègre de Glasgow.

Une nouvelle fois, Stevie lui aussi a pris cher en le protégeant, tout comme il le faisait lorsqu’ils étaient ensemble parqués dans des foyers de l’enfance, à la merci de prédateurs parés de toutes les vertus.

Rappelé alors qu’il est encore en arrêt maladie, McCoy enquête sur le meurtre barbare d’un jeune footballeur prometteur, fiancé avec la fille très branchée du caïd de la drogue des quartiers nord, Elaine Scobie.

Tout porte à croire que l’assassin est le garde du corps de la famille, un psychopathe en crise, et tout montre qu’il va récidiver. Pour McCoy et son adjoint, Watson, beau blond athlétique et courageux, c’est une course contre la montre. Et nous sommes en 1973, c'est encore le temps de la technique d'inquisition à l'ancienne, on n'utilise pas les marqueurs ADN ... Seule la légiste donne les indications nécessaires. Et puis, avec toute cette pluie ...

Ici aussi, on patauge surtout dans le sang, on traîne dans les pubs où flotte un nuage d’herbe, on enfile pinte sur pinte, avec toujours en soutien un verre de Whisky et une clope au bec. De l’alcool, des substances interdites, des coups de rasoirs ou de boules de billard enfouies dans des chaussettes … les policiers en prennent plein la tronche et, de temps en temps, pètent aussi les plombs.

On en apprend un peu plus sur la jeunesse de McCoy (une référence discrète au parcours d'Harry Bosch ?), ses rapports avec le chef de police Murray qui lui sauve souvent la mise. Et les violences faites aux enfants placés en institution, leurs séquelles psychologiques. L’enfant de février est encore plus noir que l’épisode précédent … L’auteur promet une série de 12 épisodes. Comment faire plus gore ?

 

L’enfant de février – February’s Son, polar de Alan Parks traduit par Olivier Deparis, chez Rivages/noir, 411 p., 23€

Posté par Bigmammy à 08:00 - Lu et vu pour vous - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire