Bigmammy en ligne

01 août 2020

Les Conquérants, sonnet de José Maria de Hérédia

Et si on commençait ce mois d'août par un poème ?

Aujourd'hui, juste une réminiscence de mon enfance ... avivée par la découverte récente du buste du poète dans un recoin du jardin du Luxembourg.

 

Les Conquérants

Comme un vol de gerfauts hors du charnier natal,

Fatigués de porter leurs misères hautaines,

De Palos, de Moguer, routiers et capitaines

Partaient, ivres d’un rêve héroïque et brutal.

 

IMG_1110

 

José-Maria_de_Heredia,_portrait_3

Ils allaient conquérir le fabuleux métal

Que Cipango mûrit dans ses mines lointaines,

Et les vents alizés inclinaient leurs antennes

Aux bords mystérieux du monde occidental.

 

Chaque soir, espérant des lendemains épiques,

L’azur phosphorescent de la mer des Tropiques

Enchantait leur sommeil d’un mirage doré ;

 

Ou, penchés à l’avant des blanches caravelles,

Ils regardaient monter en un ciel ignoré

Du fond de l’Océan des étoiles nouvelles.

 

 

Simplement, un poème. Personne ou  presque, de nos jours, ne lit plus de poésie.

Lorsque j’était toute jeune, où l’on nous faisait apprendre par cœur des vers. Ce que personne ne pratique plus aujourd’hui et, parfois, je le regrette. L’harmonie des mots, du rythme de la scansion.

De ce poète, je ne connaissais presque rien : seulement le premier vers de cet opus célèbre, assez hermétique il est vrai.

José Maria de Heredia, poète parnassien (1842 – 1905), issu d’une famille de planteurs de café de Santiago de Cuba, venu s’établir en France.

Un sonnet de facture tout à fait classique – 14 alexandrins, des rimes riches - est extrait du recueil de vers « Les Trophées » publié en 1883.

Ce premier vers ressassé à l’envi parle de vautours, s’envolant d'un nid ensanglanté, de conquistadors assoiffés de richesses : on entend des mots crus : ivres, rêve brutal, des routiers, des capitaines … On est bien loin de l’hommage aux envahisseurs partis du Portugal dans les caravelles de Christophe Colomb asservir le Nouveau Monde.

Naturellement, je repense à deux récents romans : ceux de Laurent Binet « Civilizations » ou encore « La conquête des îles de la Terre Ferme » d’Alexis Jenni qui nous plongent dans l’épopée tragique des guerres coloniales.

Une étonnante lucidité dans un texte émanant d’un natif de Cuba, à une époque où, en toute bonne foi (hélas !), les Républicains prônaient la vertu civilisatrice des puissances coloniales.

Posté par Bigmammy à 08:00 - Coup de coeur - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

  • Oh la la je reviens à ma jeunesse ! j'ai appris ce poème et d'autres avec une professeure de français qui manifestement l'appréciait, mais j'ai souvenir de poésies un peu difficile à apprendre!

    Posté par Jauneyris, 01 août 2020 à 10:54
  • Pour conserver ma mémoire, j apprends chaque jour une dizaine de vers. Le plus compliqué est de retenir le tout. ..Les conquérants succèderont au Meunier son fils et l'âne de La Fontaine.

    Posté par Christine, 01 août 2020 à 12:43
  • Il y a au sein des médiathèques des groupes de Haïku qui est une autre forme de poésie
    Les enfants apprennent de la poésie mais pas toujours en alexandrins
    La poésie est toujours très vivante, rien qu à voir le printemps des poètes & aussi les nombreux prix; mais moins académique que V Hugo, Lamartine ou Hérédia

    Posté par Martine, 01 août 2020 à 15:00
  • Parce que l'on nous obligeait d'apprendre ces poésies nous ne les appréciions pas vraiment. Nous avons commencé à les regarder d'un autre oeil avec Jacques Prévert : les vers libres nous convenaient et les thèmes nous " parlaient "
    Je lis toujours de la poésie mais qui correspond davantage à notre sensibilité : Tahar Ben Jelloud , Saint Jonh Perse , Louis Calaferte , Tagore..

    Posté par Lyllia01, 01 août 2020 à 17:00

Poster un commentaire