Bigmammy en ligne

27 juin 2021

La frontière, polar de Don Winslow

 

la frontière Avec ce roman foisonnant, Don Winslow achève sa trilogie commencée avec la Griffe du chien (2005) et poursuivie par Cartel. 2015).

Presque vingt ans d’écriture pour cette fresque magistrale de près de 3000 pages sur les ravages de la drogue dans ses aspects les plus terrifiants. Une épopée sanglante qui n‘a rien à envier aux exactions des terroristes islamistes, qui provoque des milliers de victimes – et pas seulement parmi les trafiquants qui s’entretuent pour la possession d’un territoire, un port d’embarquement, une plaza de deal. En fait, la plus longue, la plus meurtrière et la plus coûteuse des guerres que les Etats-Unis aient menée de toute leur histoire.

Je ne connaissais pas le Mexique. J’ai à présent en tête ses principales provinces. Je ne savais pas ce que signifie un Etat tombé dans le chaos, je l’entrevois à présent. On estime entre 7 et 12% la part du PIB du Mexique provenant de la drogue. Et une partie de ces sommes reviennent aux USA dans l'immobilier et d'autres placements.

La trilogie a pour personnage principal Arturo Keller, un ancien du Viet Nam passé par la CIA et LE spécialiste de terrain de la lutte contre les cartels mexicains. Dans ce troisième opus, il se voit confier par un sénateur républicain la direction de l’agence fédérale DEA (Drug Enforcement Administration). Il se méfie de son second qui rapporte tout au candidat républicain, magnat de l'immobilier et fervent du Tea Party, star de la téléréalité (bien entendu, toute ressemblance ...). Il a pris pour adjoint le fils de son coéquipier, jadis torturé et tué par Adan Barrera.

En avril 2017, Art Keller vient témoigner devant la Commission sénatoriale. Le nouveau Président, mis en cause à travers les opérations financières de son gendre, tweete à tout va. Il a déballé tout ce qu'il avait appris. Art et son épouse Marisol se promènent dans le parc qui abrite le mémorial des morts au Viet Nam. Une fusillade éclate, il y a des morts partout. Un tueur fou comme on en dénombre si souvent aux Etats-Unis ? Tout le monde veut la peau d’Art Keller …

A la fin de l’épisode précédent (2012), Keller était sorti de la jungle guatémaltèque en laissant derrière lui une scène de carnage. Son plus vieil ennemi, Adan Barrera, le seigneur du clan de Sinaloa, qu’il était censé ramener sain et sauf, est mort … Les clans se disputent désormais ses dépouilles. Lorsqu’il contrôlait presque tout, le calme régnait, du moins en apparence.

La suite est dantesque. Le Mexique est mis en coupe réglée par une foule de gangs qui se disputent chaque pouce de son territoire. Winslow nous dresse une galerie époustouflante de personnages qui illustrent les multiples facettes des ravages de la production et de l'usage de stupéfiants : cultures vivrières abandonnées, paysans chassés de leurs terres et fuyant vers les Etats-Unis, corruption généralisée des autorités locales et fédérales, morts par overdose par milliers après l’introduction de fentanyl, bien plus fort et meilleur marché que l’héroïne, techniques d’infiltration de la police au sein des cartels, exécutions et tortures, vengeances familiales. Tout y est. Une fois commencé, le lecteur devient à son tour totalement addict à cette histoire impossible à résumer.

La conclusion du roman : la corruption n’est pas l’apanage des pays de l’Amérique centrale et du Sud : elle ronge également les Etats-Unis et l’Europe, partout où le marché des drogues est immense et les possibilités de gagner de l’argent facile illimitées.

Une trilogie à lire sans modération !

La frontière – The Border - thriller de Don Winslow, traduit par Jean Esch, publié chez Harper Collins Poche, 1018 p., 10,90€

 

Posté par Bigmammy à 08:00 - Lu et vu pour vous - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Commentaires

Poster un commentaire