Bigmammy en ligne

11 octobre 2022

L'étoile jaune de l'inspecteur Sadorski, polar historique de Romain Slocombe

 

étoile jaune

Contrairement à ce que j’imaginais en lisant le premier opus de la série des exploits de l’inspecteur principal adjoint Léon Sadorski, je me suis attachée à cet abominable personnage … qui n’est pourtant pas totalement de fiction.

Car il a des côtés fascinants : un salaud intégral, « salivant » à la vue de la moindre jeune femme ou jeune fille, mais aussi un excellent policier, sachant déceler le moindre indice, la plus petite variation dans un regard, une attitude, un physique … Et c’est une partie de son travail qui consiste justement à pourchasser les Juifs qui s’abstiendraient à porter l’étoile jaune solidement cousue à leur poitrine selon les directives du 6 juin 1942 et à les envoyer à Drancy, en attendant pire.

Pétainiste et antisémite, convaincu de la prochaine victoire de l'Allemagne - comme Pierre Laval - affecté aux Renseignements généraux, il y dirige le rayon juif … avec zèle, c’est le moins qu’on puisse dire. Relevant à peine d’une blessure reçue en service, il enquête sur un attentat à la bombe perpétré contre un café restaurant où se retrouvent les policiers de la Préfecture de Police, et qui a fait deux victimes, dont un collègue. A lui de remonter le fil des témoignages.

Dans le même temps, il découvre dans les bois de Sucy-en-Brie, le cadavre d’une jeune femme complétement dévêtue et difficilement identifiable. Ce meurtre serait-il lié à plusieurs attentats imputables à des terroristes communistes ?

Plus que la mécanique des enquêtes, ce sont les techniques d’interrogatoires – musclés – et l’ambiance de Paris occupé qui prend le lecteur aux tripes. Largement documenté de rapports de police authentiques, on y déroule toute la mécanique perverse déployée par l’administration policière française sous domination allemande - mais allant au-delà du zèle attendu - qui passionne, dans un pays où l’antisémitisme latent ne craint plus de se cacher parmi la population.

Après le magistral ouvrage de Laurent Joly sur la Rafle du Vel d’Hiv paru en mai dernier, nous entrons dans les arcanes de la folie meurtrière qui a conduit l’Etat français à livrer aux nazis des familles entières dans des conditions absolument inhumaines, ici décrites avec un réalisme saisissant. Même un cœur endurci comme celui de Sadorski en est, parfois, ébranlé.

Romain Slocombe ne fait que raconter ce qui s’est vraiment passé en cet été 42, mais aussi il s’attaque à un autre sujet, plus rarement  mis en évidence : les règlements de comptes entre membres des réseaux de résistance communiste, les délations internes et les exécutions sur vagues soupçons de traitrise ou pour des motifs personnels inavouables.

Etayé par une volumineuse documentation, bourrée de noms de personnalités historiques, le roman sonne particulièrement vrai, qui ne peut m’empêcher d’imaginer ce qui doit se passer en ce moment à l’Est de l’Europe … La nature humaine étant encore pire que ce qu’on imagine, parfois …

Il me manque encore deux épisodes de cette saga, mais je vais me laisser un peu de temps avant de m'y attaquer : ce roman-là m'a donné quelques cauchemars ...

 

L’étoile jaune de l’Inspecteur Sadorski, polar historique de Romain Slocombe, aux éditions Points, 588 p., 9,20€

Posté par Bigmammy à 08:00 - Lu et vu pour vous - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

  • Une période tellement trouble pendant laquelle le pire comme le meilleur se sont côtoyés.
    "ce roman-là m'a donné quelques cauchemars ..." ..... c'est la raison principale qui me fait éviter de lire des polars !!!

    Posté par Colette, 11 octobre 2022 à 21:46

Poster un commentaire