Bigmammy en ligne

12 octobre 2022

Revoir les séries de ma jeunesse

Je me demande si ma passion pour l’histoire n’est pas née en partie à l’occasion des séries « en costumes » visionnées dans les années 70. Et cependant, je ne les ai pas toutes vues …

Compagnons de Jehu

Grâce aux archives de l’INA – Institut National de l’Audiovisuel – elles sont accessibles moyennant un abonnement mensuel de 2,99€ et je me régale des après-midi entières à remonter le temps.

Naturellement, les techniques de mise en scène, de cadrage et de construction de scenarios ont profondément évolué. La couleur a bouleversé la donne, quoiqu’un bon éclairage pouvait rendre la dramaturgie encore plus forte en noir et blanc. La richesse des costumes, la méticulosité des décors, la diversité des castings m’étonnent, au regard de ce que je vois aujourd’hui de certaines séries policières françaises contemporaines.

J’ai découvert récemment deux « feuilletons » qui m’avaient échappé : Les Compagnons de Jéhu et Les Boussardel.

Diffusé à partir de septembre 1966, les Compagnons de Jéhu est l’adaptation du roman d’Alexandre Dumas réalisée par Michel Drach. Curieusement, le rôle de la jeune première n’y est pas tenu par son épouse, la belle Marie-José Nat, mais par une illustre inconnue qui  lui ressemble beaucoup : Josée Steiner.

13 épisodes de 30 minutes racontent l’épopée d’une bande de jeunes royalistes devenant pillards des deniers du Directoire – ils attaquent les diligences -  afin de financer la restauration de Louis XVIII. Les scènes principales se déroulent en Bourgogne, les derniers épisodes vers les pays de la Loire où opère Georges Cadoudal.

Ce qui m’amuse le plus, c’est de découvrir, sous certains petits rôles, des acteurs qui vont devenir célèbres … ou pas du tout. Ici, le rôle principal est tenu par le sublime Claude Giraud, à la voix irremplaçable. On y aperçoit aussi Bernard Fresson, Jean-Pierre Darras, François Mestre … mais je n’ai aucun souvenir de Yves Lefebvre, et seulement très flou de la belle Andréa Parisy. Une coproduction franco-germano-canadienne. Avec beaucoup de scènes de cape et d’épées, de belles cascades et chevauchées … et de l’amour, bien entendu.

 

Boussardel

Les Boussardel sont tirés du roman de Philippe Hériat, lu par ma mère avec grand intérêt. C’est une minisérie de 5 longs épisodes réalisée en couleurs par René Lucot assisté de Pierre Cardinal.

On change ici de décor et d’époque : l’histoire commence avec l’occupation des troupes « alliées » après Waterloo, et narre l’ascension d’un jeune financier engagé comme agent de change mais qui va surtout faire fortune dans l’immobilier et la spéculation foncière permise par les travaux du baron Haussmann, l'aventure d'une dynastie suivie depuis la Restauration jusqu'à l'après-guerre de 39-45.

Une famille qui devient immensément riche en lotissant les terrains de la plaine Monceau, sautant sur les opportunités politiques, se préservant des changements de régimes, qui se conforte avec des alliances matrimoniales fructueuses. Mais qui comporte aussi son lot de mauvais sujets …

Les acteurs sont moins prestigieux mais tiennent chacun parfaitement leur partie : François Dalou, Gérard Jourde, Maïa Simon, mais aussi André Dussolier bien jeune, comme Francis Perrin, puis Lise Delamarre et Nicole Courcel. On ne manquera pas de songer au parallèle avec certaines familles françaises ayant bâti elles aussi un empire familial, à l’échelle mondiale cette fois.

Ainsi donc, bien calfeutrée dans mon canapé, je passe des après-midis à regarder des séries d’autrefois, en me disant que nous avions bien de la chance que l’audiovisuel public nous apporte à domicile, des œuvres d’une telle qualité à la portée de tous.

Car à présent, cela me donne envie de lire les livres dont ces scenarii sont issus !

Archives de l'INA - site : madelen.fr

Posté par Bigmammy à 08:00 - Lu et vu pour vous - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

  • J'avais réclamé Les compagnons de Jéhu dans la collection Nelson, pour continuer ma collection. Il ne faut pas sauter la préface, de Dumas, qui explique comment il a composé ce livre.
    J'ai été très déçue par la suite, Le chevalier de Sainte-Hermine, inédite je crois jusqu'à sa parution il y a une quinzaine d'années.
    Mais le début de ce cycle, Les Blancs et les Bleus, construit avec les souvenirs de Charles Nodier, est excellent.
    Vous aurez deviné que j'aime beaucoup Dumas...

    Posté par HK19, 12 octobre 2022 à 08:43
  • Ce qui me surprend dans ces anciennes séries, c’est la qualité du vocabulaire : on ne prenait pas les téléspectateurs pour des idiots à l’époque !
    Et pour revoir la belle Marie-Josee Nat, y-a-t-il les gens de Mogador ? J’avais adoré cette série vue lors d’une rediffusion avec ma grand mère !
    Bons après midis!

    Posté par Anna, 12 octobre 2022 à 08:50
  • une bonne idée l INA,
    peu de souvenirs des séries de mon coté , souvenirs des projections de films de Laurel et Hardy en noir et blanc sans paroles , mais de bonnes parties de rires, le petit écran arrivé en 66 je crois, souvenir du premier pas sur la lune et les émissions de tv scolaire ,
    bonne visualisation et bonne journée bisous

    Posté par bluetit, 12 octobre 2022 à 09:07
  • Je souligne la diction parfaite des acteurs, ce qui est bien loin de ce qui est produit de nos jours !

    Posté par Colette, 12 octobre 2022 à 21:40

Poster un commentaire