Bigmammy en ligne

28 novembre 2023

Innovations langagières

 

dictionnaires

J’ai beau avoir jadis terminé de passionnantes études classiques – français, latin-grec et trois années d’études économiques et politiques – et lire plus de 10000 pages par an, je m’émerveille toujours en trouvant au fil de mes lectures un mot dont j’ignore la signification.

Je ne parle pas des mots techniques et de la novlangue des jeunes générations (Lol !), que je rencontre rarement dans les ouvrages que je lis.

Je sais que chaque année, environ 150 nouveaux mots sont admis dans nos dictionnaires, j’apprécie les anglicismes (lorsqu’on ne trouve pas d’équivalent correct) qui ont succédé aux latinismes, hellenismes, arabismes (almanach, alhambra, nénuphar, mousson, chiffre, zéro, matelas, hasard, zénith, café entre autres …). Les Allemands nous ont bien emprunté certains mots (Porte-monnaie, Rendez-vous …). Il m'arrive aussi de regretter l'usage de l'argot d'Alphonse Boudard et son hostobiographie.

Je m’insurge devant des mots savants qui rendent ainsi parfois la lecture « exclusive ».

Des expressions dont bien peu de lecteurs connaissent le sens ou sont en mesure de décrypter l’étymologie. Des expressions à la mode, qui déroutent. Bien entendu cependant, nous disposons d’un outil à portée de main avec notre téléphone et un moteur de recherche, pour découvrir le sens de ces vocables rares.

En première année (1965) du cours d'économie du regretté Raymond Barre, j'avais découvert le concept d'obsolescence. Un mot passé depuis dans le langage courant ...

Quelques exemples plus récents : que signifie une approche holistique ? (qui s’intéresse à son objet dans sa totalité, du grec holos, qui signifie entier) - avant, on disait systémique, mais ce n'est pas tout à fait équivalent - irénisme (attitude impliquant la compréhension mutuelle, légèrement dépréciatif), adhocratie (de la locution latine ad hoc, organisation gérant des compétences pluridisciplinaires et transversales), économie de prédation, complosphère, téléologie (explication des phénomènes par l’intervention d’une cause finale), genrer, mégenrer, raciser (c'est du wokisme).

Autant de termes qui font buter le lecteur et qui m’agacent profondément. De la même façon, on utilise désormais des périphrases comme « untel sort avec une (ou un) tel(le)" pour indiquer que ces deux personnes couchent ensemble. Quelle pudeur soudaine !

Une de mes meilleures trouvailles, la poliorcétique ou l’art d’assiéger les villes, tout à fait d’actualité.

Et une toute dernière pépite : la définition d’un NFT. Un morceau de bravoure ! NFT, traduit en bon français « Jeton non fongible » : certificat cryptographique associé à une image ou un objet numérique dont l’authenticité et la traçabilité sont garanties par la blockchain.

Vive le progrès de la linguistique

N.B. : pour peu que la linguistique intéresse, je recommande les ouvrages de Michèle Perret et Henriette Walter.

Posté par Bigmammy à 08:00 - Coup de gueule - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

  • bien heureux

    bien heureux que le langage mute et que le NFT ou le "holistique" qu el'on utilise dans certains milieux soient adoptés au sein du dictionnaire
    c'est la vie des mots !

    Posté par pret immobilier, 28 novembre 2023 à 15:32
  • Vive les novations

    Je ne conteste nullement les apports de nouveaux vocables dans le français qui est une langue très vivante. Ce qui me heurte, c'est l'utilisation de mots savants dans des textes qui sont en principe destinés au grand public. (holistique, je l'ai relevé dans un article sur la gestion des EPHAD du Figaro de samedi, journal que je n'achète que le samedi pour la page de mots fléchés).
    Pourquoi étaler sa science et ses références littéraires pour se faire comprendre du plus grand nombre ? Le langage savant pourrait être privilégié pour des ouvrages destinés à des lecteurs en capacité d'intégrer des références faisant appel à une approche que peu de gens comprennent spontanément. Soyons accessibles, diffusons la culture sans pédantisme, ce serait bien plus simple pour beaucoup de gens, les jeunes en particulier.

    Posté par Marie-Pierre, 28 novembre 2023 à 20:49
  • Je suis d’accord avec Marie-Pierre ! L’écriture inclusive « m’insupporte », impossible de lire et comprendre un texte, quel progrès !!!!!
    Agréable journée

    Posté par Jauneyris, 29 novembre 2023 à 08:44

Poster un commentaire