Bigmammy en ligne

15 mars 2020

Hunters, série américaine de David Weil

Une nouvelle série où on retrouve en vrac les ambiances de Martin Scorsese et Quentin Tarantino, la noirceur de Batman et Robin, la cruauté de la liste de Schindler, les couleurs de Pedro Almodovar, l'humour aussi, naturellement  ... Ici, les héros sont les Juifs : ils sont inventifs et solidaires, prennent des risques, savent comment combattre le mal absolu que représente un complot de suprémacistes nazis qui tentent de renverser la démocratie américaine. La bande de justiciers est financée et coordonnée par un milliardaire... [Lire la suite]
Posté par Bigmammy à 08:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

28 février 2020

Le cas Richard Jewell, film de Clint Eastwood

  Un jeune homme très naïf, blanc, en net surpoids comme beaucoup d'Américains, avec pour obsession la volonté d'intégrer les forces de l'ordre, devient un héros national pour avoir découvert une bombe dans le parc du Centenaire d'Atlanta pendant un concert populaire. Il réussit à faire éloigner la foule ... et épargne la vie de centaines de personnes. Il est aussitôt considéré comme un héros. Trois jours plus tard, l'équipe du FBI enquête et, naturellement, tout comme elle le ferait pour le découvreur d'un cadavre, le... [Lire la suite]
Posté par Bigmammy à 08:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
18 février 2020

JoJo Rabbit, film de Taika Waititi

    Peut-on rire de tout ? Question récurrente des devoirs de philosophie … Comment traiter l’horreur du nazisme à la rigolade ? Chaplin s’y est attelé magnifiquement jadis, Roberto Benigni également … J’ai surtout pour référence « Les Producteurs » de Mel Brooks.   Les derniers mois de la guerre vus à travers le prisme déformant d’un petit garçon solitaire de 10 ans, dont le papa est au front et qui s’est inventé un ami virtuel, Adolf Hitler. Enrôlé avec fierté dans les jeunesses... [Lire la suite]
Posté par Bigmammy à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
17 janvier 2020

1917, film de guerre de Sam Mendès

C’est le film qu’il faut voir. Une mise en scène fulgurante de l’absurdité de la guerre, une histoire d’hommes traités comme du bétail en un moment où les forces en présence doutent mais continuent à entretenir l’illusion mortifère – jusqu’à l’été 1918 – d’une offensive décisive. Nous sommes le ­6 avril, l'époque où fleurissent les cerisiers. On confie à deux soldats – un sergent et un caporal – une mission suicide : traverser les lignes et rejoindre une unité qui doit impérativement être stoppée dans son attaque, qui, en... [Lire la suite]
Posté par Bigmammy à 08:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,
18 novembre 2019

J'accuse, film de Roman Polanski

Voici un film historique qui bénéficie d’une promotion pas du tout prévue au départ – la polémique sur des accusations non étayées – mais qui ne décourage pas les spectateurs. Bien au contraire ! Dimanche après-midi, la salle était pleine et quelques applaudissements, vite réprimés, ont été entendus à la fin. Je ne rentre pas dans ces considérations. Une accusation doit pouvoir être fondée sur des faits. Mais j’ai apprécié le film, malgré sa lenteur et son côté didactique … assumés. Il faut dire que je m’intéresse à cette... [Lire la suite]
Posté par Bigmammy à 08:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
07 octobre 2019

Alice et le maire, film de Nicolas Pariser

  C’est une des rares œuvres cinématographiques qui montre vraiment ce que sont les arcanes du pouvoir … comme « Quai d’Orsay » ou « L'exercice de l'Etat ». Les ors de la IIIème République – c’est à Lyon que ça se passe mais cela pourrait aussi bien être à Paris, à Marseille ou à Bordeaux … Une vie à 100 à l’heure, où l’actualité prime sur la réflexion, où les impératifs partisans de politique nationale prennent le pas sur la gestion quotidienne d’une grande ville, où l’élu est aux prises avec des lobbys, des... [Lire la suite]
Posté par Bigmammy à 08:00 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 mai 2019

Douleur et gloire, film de Pedro Almodovar

Les aficionados (comme moi) de Pedro Almodovar ne seront pas dépaysés ...       Toujours aussi baroque, rebelle, melo, flamboyant, excessif, provoquant qu'il y a trente ans ... Cependant l'évolution de la société, en particulier espagnole, nous le rend aujourd'hui tout à fait fréquentable. Dire que le réalisateur se met en scène et nous raconte son enfance est donc un truisme. Comme dans tous les films que j'ai aimés : Tout sur ma mère, La mauvaise éducation, Volver, La piel que habito, Julieta, Femmes au... [Lire la suite]
Posté par Bigmammy à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
07 mai 2019

Coeurs ennemis, film de James Kent (Aftermath)

        On aurait pu titrer ce film "La détresse de l'occupant " ...    Ce drame est comme une poupée russe : tout comme la guerre a dévasté Hambourg, les personnages qui s'y meuvent en cet hiver 1945-46 sont eux aussi détruits par la perte d'un enfant ou d'une épouse. Et puis le thème des relations ambiguës entre occupants et occupés a aussi été traité par Vercors dans "Le Silence de la mer". Il faut souligner la justesse du cadre historique, la souffrance des survivants, la haine des... [Lire la suite]
Posté par Bigmammy à 08:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
14 avril 2019

Bosch, série TV de Eric Overmyer d'après l'oeuvre de Michael Connelly

Il ne m’était plus arrivé de passer toute une après-midi à regarder intégralement une saison de série TV depuis les Soprano’s … Faut dire que la télé, en ce moment, à part l'interminable feuilleton des Gilets Jaunes, on ne nous propose pas grand chose ... C’est ce que je viens pourtant de faire avec l’adaptation aussi minutieuse que réaliste des romans de Michael Connelly : BOSCH.  J’ai lu tous les polars de Michael Connelly disponibles en français et superbement traduits par Robert Pépin. Je m’étais imaginé un... [Lire la suite]
Posté par Bigmammy à 08:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
14 mars 2019

Convoi exceptionnel, film de Bertrand Blier

  Il faut sans doute avoir vu les autres longs-métrages de Bertrand Blier et les avoir appréciés pour « entrer » dans ce convoi effectivement exceptionnel : un rythme lent, une lumière parcimonieuse, de la neige à défaut de glaçons, des situations surréalistes et naturellement absurdes, un dialogue ciselé, un fil conducteur précis : la marche inexorable vers la mort … Après les « Valseuses » (1974), « Buffet froid » (1979), « Tenue de soirée » (1986) et « Trop belle pour... [Lire la suite]
Posté par Bigmammy à 08:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :