Bigmammy en ligne

18 avril 2011

Le Spectre de la rue Saint-Jacques, polar historique de Jean Contrucci

spectreJe sais, je lis les épisodes des Nouveaux Mystères de Marseille dans le désordre… mais c'est sans influence sur le plaisir renouvelé de cette lecture.

Ce roman constitue en effet le cinquième opus de la série. Il se situe au printemps 1906, pendant l’Exposition Coloniale se tenant pour la première fois en France sur les terrains de ce qui deviendra le Parc Chanot. Car l’intrigue se noue cette fois dans la famille d’un très riche négociant en vins, propriétaire d’un immense domaine viticole en Algérie, d’un hôtel particulier rue Saint-Jacques et d’une propriété d’agrément dénommée La Mitidja, sise sur la commune résidentielle de Saint-Julien.

C’est dans le parc de cette résidence qu’une lettre anonyme conduit à la découverte d’ossements humains vieux d’une dizaine d’années et qui ont partiellement échappé à la destruction par la chaux vive à laquelle ils étaient destinés. Le meurtrier n’avait sans doute pas de notions de chimie suffisantes ou était bien maladroit….Il n’a pas arrosé avec suffisamment d’eau…Mais qui est la victime ? D’autant plus troublantes sont, à quelques jours de cette macabre découverte, la mort plus que suspecte d’un patron carrier, puis de l’amant de sa femme, puis enfin de deux jeunes malfrats retrouvés dans les collines…

Le couple indissociable que forment Raoul Signoret, reporter judiciaire au Petit Provençal  – journal socialiste à ne pas confondre avec le Petit Marseillais, journal calotin – et son oncle vénéré Eugène Baruteau, patron de la police marseillaise, va donner la mesure de ses compétences en démêlant un écheveau de présomptions difficile à manier. Ce qui conduira Raoul et sa douce Cécile jusqu’en Algérie, en passant par quelques séances de spiritisme, loisir fort à la mode en ce début de siècle pourtant si riche en progrès technologiques…

La critique sociale – ici, le colonialisme – est toujours sous-jacente, surtout vue à travers les yeux d’aujourd’hui. Ce qui me ravit toujours autant dans ces lectures n’est pas là. C’est la peinture du bonheur conjugal et familial, et les descriptions homériques des repas du dimanche midi ou du samedi soir devant le coucher de soleil flamboyant du cabanon. Et puis les excellentes recettes de Thérèsou, la tante de Raoul, comme celle de la soupe au pistou que je retrouve ici, après celles des alouettes sans tête, telle que ma mère et mes tantes les pratiquaient du temps lointain de ma jeunesse.

J’en déduis – peut-être à tort – que l’auteur est heureux en ménage comme je le suis ….Encore une bonne raison de lire ses ouvrages !

Le Spectre de la rue Saint-Jacques, roman par Jean Contrucci, Le Livre de Poche policier, 441 p. 6,50€

Posté par Bigmammy à 11:17 - Lu et vu pour vous - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire