Bigmammy en ligne

13 août 2012

Malagar, la thébaïde de François Mauriac

de Malagar à Solferino 1 009

Première étape de notre petit voyage en Médoc. Nous commençons par visiter des demeures d'écrivains, et, en premier : Malagar, la maison de François Mauriac (1885-1970)Fmauriac.

-de Malagar à Solferino 1 006

de Malagar à Solferino 1 003

de Malagar à Solferino 1 015

de Malagar à Solferino 1 012

de Malagar à Solferino 1 017

C'est un domaine familial, acheté en 1843 par le grand-père de François Mauriac, négociant en bois de merrain établi à Langon. Une maison et ses dépendances, chais et exploitation viticole juchée sur le haut d'une colline dominant la Garonne.

Une terrasse magnifique, avec au loin - mais pas tant que ça - la ligne sombre des Landes ... Un paysage qui évoque la Toscane ou mieux, les vignes de Barolo en Piémont.

salon2malagar

Car le jeune Mauriac ne viendra à Malagar qu'à partir de l'âge de 18 ans. Avant, c'est à St. Symphorien que sa mère, veuve avec la charge de cinq enfants, a fait construire un chalet au milieu des pins, que l'on exploite pour leur résine.

En 1928, au décès de sa mère, François Mauriac hérite du domaine de Malagar.

 

potagermalagar

de Malagar à Solferino 1 014

de Malagar à Solferino 1 019

de Malagar à Solferino 1 011

Il n'y apportera pas de modifications notables, sauf en faisant planter des peupliers et des cyprès pour en accentuer le caractère toscan, mais au grand dam des gens du pays car ici, on ne trouve de cyprès que dans les cimetières. Le mobilier est encore disparate, sans ostentation. Comme si on pénétrait dans la maison de sa propre grand-mère. On ne fait pas de frais de représentation ici, on vient se resourcer en famille, loin de Paris trépidant pour le journaliste, écrivain à succès élu en 1933 à l'Académie française, Prix Nobel de littérature en 1953. Mauriac y a fait installer un cabinet de travail, où il écrit le plus souvent sur une planche posée sur les genoux, et non pas à un bureau. L'atmosphère fait penser à La Boisserie, la demeure du général De Gaulle. Ce n'est pas un hasard ...

Mauriac fut un jeune homme révolté par les différences sociales, fervent catholique - son premier ouvrage, édité à compte d'auteur, s'intitule "Les mains jointes" et est remarqué par Maurice Barrès - admirateur fidèle de Charles De Gaulle, journaliste de gauche, résistant, père de famille comblé et aussi homosexuel, avec une voix rocailleuse et caverneuse - une de ses cordes vocales a été sectionnée lors d'une opération contre un cancer du larynx - et un oeil à demi fermé. Je me souviens très bien de ses dernières interviews télévisées ... Cette voix, nous l'entendons à nouveau à travers les différents documents audiovisuels diffusés dans la partie "biographie" du musée.

Emouvante découverte de cette maison familiale qui veut ressembler à un château, restée telle que l'écrivain l'a laissée, volupté de s'asseoir sur la terrasse octogonale d'où il regardait la mer des vignes et qu'il trouvait "la plus belles vue du monde". Et qui donne envie de lire et relire ses romans tourmentés (nous avons à Paris son oeuvre complète ...), où tout évoque les décors où il vécut ...

L'exposition organisée dans le chai du rouge, avec les photos légendées par Madame Mauriac, est tout à fait passionnante. Et notre prochaine étape sera le château de La Brède, chez Charles de Montesquieu !

Château de Malagar, 33490 Saint Maixant.

Posté par mpbernet à 07:43 - Lu et vu pour vous - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

    Effectivement les cyprès, signe d'une sépulture hugenotte..

    Malagar est tellement bien décrite aussi par son fils Claude

    Posté par Martine, 13 août 2012 à 08:12
  • MERCI BEAUCOUP MARIE PIERRE pour cette promenade culturelle dont vous nous faites profiter...
    Bonne continuation de séjour dans "vos terres"...

    Posté par poetalisa, 13 août 2012 à 10:37

Poster un commentaire