Bigmammy en ligne

12 octobre 2012

160 ans de création au Bon Marché Rive Gauche, Marguerite et Aristide Boucicaut

aboucicaut

Marguerite

Une exposition parfaitement complémentaire de la superbe exposition sur Les Impressionnistes et la mode au Musée d’Orsay, et accessible sans faire la queue et sans rien payer …

C’est si agréable, de toutes façons, d’aller faire un tour au Bon Marché, surtout si on adore se replonger dans l’époque d’Emile Zola qui se documenta ici pour son fameux roman : « Au Bonheur des Dames ».

L'exposition relate l'enfance et l'arrivée à Paris d'Aristide Boucicaut, sa rencontre avec Marguerite, mais également la transformation et les évolutions sociales et commerciales du Bon Marché Rive Gauche, et l'arrivée de Marguerite Boucicaut à la tête du Bon Marché à la mort de son mari.

Œuvre révolutionnaire d’un visionnaire, cathédrale du commerce, modèle partout copié dans le monde, le concept de « Grand magasin » est né ici, créé par ce couple exemplaire, inventant l’entrée libre, la possibilité de toucher la marchandise avant d’acheter, le prix fixe, la livraison à domicile, la saisonnalité des campagnes (comme la saison de Blanc) et les soldes, la vente par correspondance, les congés de maternité et une maison de repos pour les vendeuses …. Bref, une formule qui résiste aux crises du temps, et qui fera qualifier Aristide Boucicaut de "patron rouge". Un chapitre est également consagré à la générosité de Marguerite, qui permit de construire à Paris l'hôpital Boucicaut, entre autres ...

pubBM

IMG_1399

IMG_1398

Avec l’hôtel Lutétia qui fut édifié en face – par le même architecte Louis Boileau - pour loger les clients venus de la province, le Bon Marché est devenu une institution et un monument bien ancré dans la rive gauche…mon quartier.

Paris, 1852. Le Bon Marché est un palais de verre dessiné par l'architecte Louis Boileau, aux structures métalliques réalisées Armand Moisant.  Des escaliers majestueux, des lustres électriques, des miroirs et des dômes de mosaïque de verre attirent le Tout-Paris de la bourgeoisie ainsi qu'une myriade de jeunes femmes, parisiennes et provinciales, candidates à un nouveau métier, autrefois dévolu aux hommes : celui de la vente. Et l'affirmation que LE CLIENT EST ROI ....

IMG_1401

IMG_1403

Après son rachat par LVMH en 1984, l'établissement s'est taillé une place à part dans l'univers des grands magasins. En ouvrant la Grande Epicerie, notamment, et en devenant également un lieu commercial où le flâneur peut croiser l'élite intellectuelle parisienne, ou parfois, tôt le samedi matin, Bernard Arnault venant en personne inspecter les rayons.

En ce moment, ce sont encore les jours TBM ... Il est encore temps de profiter des réductions !

 

Bon Marché Rive Gauche - Paris VIIe - Jusqu’au 27 octobre 2012 (grande verrière au 2ème étage).

Posté par mpbernet à 15:03 - Lu et vu pour vous - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Commentaires

    Délices

    Ah! le Bon Marché et son épicerie! Quand j'abitais Paris, je travaillais pas loin: je me souviens encore très bien du "panini vegetarien" de la Grande Epicerie! Et puis y retrouver des vrais produits italiens -seulement trois fois plus chers- (l'huile d'olive était le problème principal: après le 11 septembre ce fut impossible d'emmener en avion celui que l'on produit en famille à la campagne!) ainsi que d'autres délices éuropéennes et asiatiques!
    Etant également fan de "Au bonheur des dames", ce post m'a vraiment regalé!
    Merci Marie-Pierre!

    Posté par zeila, 12 octobre 2012 à 15:44
  • merci beaucoup pour votre joli blog où je viens souvent chercher des idées de tricots pour mes petits enfants. notamment la petite brassière croisée qui est adorable !!
    je me retrouve beaucoup chez vous : mère de 4 filles et 1 garçon, jeune grand-mère d'une petite fille, et d'un autre en attente, j'ai longtemps habité dans votre quartier.

    je viens aujourd'hui apporter une précision à votre article sur le Bon Marché : c'est Armand Moisant qui est le constructeur de la structure métallique du BM, ainsi que nous rappelle l'article ci dessous :

    " En 1869, grâce à leur succès commercial, les Boucicaut se lancent dans l'agrandissement du magasin. L'architecte Louis-Charles Boileau, succédant à Alexandre Laplanche, fait appel à l'ingénieur Armand Moisant pour la construction de la structure du bâtiment (1870-1887); Gustave Eiffel, qui est couramment considéré comme étant le constructeur du Bon Marché, n'interviendra qu'en 1879 pour réaliser un agrandissement qualifié de peu considérable."

    je tiens à cette précision parce que Armand Moisant est mon tri-s-aïeul !!
    rendons donc à Armand ce qui est à Armand !!

    amicalement

    Anne

    Posté par plumette, 12 octobre 2012 à 15:54
  • Merci encore Marie-Pierre pour cet excellent article.

    Posté par Binchy, 12 octobre 2012 à 16:10

Poster un commentaire