Bigmammy en ligne

26 mars 2015

Persépolis, roman graphique de Marjane Satrapi

persepoliscouv

Une enfance au cœur de la guerre civile iranienne et du conflit Iran-Irak. Marjane Satrapi n’a que deux ans de plus de ma fille aînée … et un caractère – nous dirons « trempé » - comme elle. J’ai donc éprouvé tout de suite une tendresse particulière pour elle. J’avais vu le film d’animation tiré de son autobiographie dès sa sortie en 2007, et j’avais été émue. Là, je retrouve l’intégrale des quatre albums dans ma bibliothèque en plein « désherbage » et je ne l’ai plus lâché.

Marjane-Satrapi

C’est une histoire de sang et de larmes, vue de l’intérieur par une petite puis jeune fille très attachée à sa famille. Le fil rouge qui lui permet de tenir à travers ces temps si troublés est l’amour filial entre ce couple d’intellectuels libéraux, apparentés à la famille du monarque iranien renversé par le coup d’Etat de Reza Chah. Le père et la mère, tellement compréhensifs, évolués, aimants, et la grand-mère au franc parler, qui glisse des fleurs de jasmin dans son soutien-gorge ….

Marjane lit beaucoup. En vrac : Marx, Bakounine … Elle est très lucide sur son physique, ne se prive pas de donner son opinion, ne cherche pas à nous subvertir, mais nous fait percevoir distinctement les espérances puis les déceptions des iraniens cultivés, férus de culture française, les angoisses de la guerre et des bombardements, l’avalanche des martyrs et le retour des estropiés – il y eut un million de morts  -, l’absurdité des mesures de répression «morale» des gardiens de la Révolution, la condition des femmes.

Cela confine au ridicule, mais cela existe encore, chez un peuple de haute civilisation, de grande culture. Comment aujourd’hui peuvent-ils encore supporter tout cela ?

satrapi_persepolis1

persepolis-image

Le graphisme épuré des cases m’enchante. Du mouvement, une poésie presque onirique assortie d’une grande économie de moyens, qui évoque pour moi tout naturellement les gravures de Félix Vallotton. En perspective, on retrouve aussi cette « manière » chez Riad Sattouf dans son livre « L’Arabe du futur », avec comme initiateur, bien entendu Art Spiegelman et son terrible « Maus ».

C’était hier, c’est tous les jours, mais nous avons vécu ces périodes troublées, de si loin … La région souffre encore pour longtemps de ces soubresauts terribles, aggravés par les sanctions économiques.

Un livre-manifeste à relire en ces temps où les fondamentalistes – et il y en a dans toutes les religions - menacent la liberté du monde.

 

Persépolis, roman graphique de Marjane Satrapi (intégrale en 4 volumes) édité par L’Association, 365 p., 32,50€

Posté par Bigmammy à 07:00 - Lu et vu pour vous - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

  • Et un très beau film aussi en a été tiré..J'vais beaucoup aimé ce livre.

    Posté par Martine, 26 mars 2015 à 07:44
  • Bonjour
    j'avais adoré ce livre et le film qui en avait été tiré. Elle a également écrit 'poulet aux prunes' ( qui vaut le coup d'oeil aussi... Le film moins, à mon goût
    ).
    et ce pays, l'Iran que j'ai eu la chance de connaître... quelle culture et quelle beauté !

    Posté par sophie, 29 mars 2015 à 20:51
    • Nous aussi avons aimé ce film ....

      Posté par Bigmammy, 29 mars 2015 à 20:57

Poster un commentaire