Bigmammy en ligne

05 avril 2016

Code 93, polar d'Olivier Norek

 

code 93

Dense, sanglant, intense : un premier roman qui déchire et vous plonge en apnée dans la noirceur poisseuse des cités perdues de la Seine-Saint-Denis. A la manoeuvre, une équipe de flics particulièrement solidaire, des individualités attachantes, une description sérieuse des procédures policières (l’auteur est lieutenant de police), une vision de la « geste » criminelle terriblement sordide … Le cadre est dressé pour une série bien ancrée dans la réalité.

J’adopte donc avec enthousiasme le capitaine Victor Coste et sa tristesse de n’avoir pas su empêcher sa petite amie de se taillader les veines dans sa baignoire, ses deux adjoints Sam et Ronan, sa nouvelle recrue Johanna De Ritter avec sa carrure de camionneur (serait-elle un clone de l’irremplaçable Violette Retancourt, l’adjointe de Jean-Baptiste Adamsberg ?), sans oublier la ravissante légiste Léa Marquant qui en pince visiblement pour le capitaine.

L’affaire qui les occupe en ce début janvier 2011 va en surprendre plus d’un : le corps d’un grand sénégalais émasculé est retrouvé dans un hangar désaffecté, habillé d’un pull transpercé de trois balles qui s’avère celui d’un minable dealer retrouvé un peu plus tard entièrement carbonisé. Mais le géant se redresse sous le scalpel du médecin légiste … il n’était pas tout à fait mort ! Un règlement de compte entre dealers ? Pas évident car la volonté de mise en scène de ces crimes évoque plutôt une vengeance perverse …

Et puis, Coste est alerté par un courrier anonyme - en fait un chroniqueur judiciaire particulièrement bien documenté -  de la fâcheuse tendance de certaines procédures d’homicides à se perdre dans les méandres des fichiers de l’administration policière, entre le Service Départemental de la Police Judiciaire du 93 et le 36 Quai des Orfèvres … Des cadavres que personne n’a identifiés ni réclamés, des « invisibles » deux fois morts en quelque sorte. Pour quelles sombres raisons a-t-on effacé ces crimes irrésolus des statistiques départementales ?

Là, je trouve le scénario un peu trop « cravaté » à mon goût et n’apprécie gère la théorie du complot sous-jacente. C’est sans doute la faiblesse de ce premier roman qui tranche avec la véracité globale de l’intrigue – malgré le côté grand-guignolesque des scènes d’ouverture (mais c’est la loi du genre depuis Pierre Lemaitre et Ingrid Desjours). L’écriture est alerte, la construction bien agencée, le suspens constant … Ceci compense cela.

J'entame donc avec ardeur une nouvelle série de polars contemporains, encore en devenir, qui cette fois versent plus dans l’action que dans la psychologie, à ranger parmi les bouquins de mes auteurs préférés : Vargas, Bussi, Léon, Indridasson, Camilleri, Valentin Musso … Bref : je viens de commander les deux épisodes suivants !

A suivre …

 

Code 93, roman policier par Olivier Norek, publié chez Michel Lafon et réédité par Pocket, 341 p. 7,80€

Posté par mpbernet à 08:00 - Lu et vu pour vous - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

    Je passe !!!!!!!!.......

    Posté par Martine http://e, 05 avril 2016 à 09:20
  • Très bien

    Je ne peux que vous inviter à poursuivre les enquêtes de COSTE dont le dernier opus vient de recevoir le prix du POLAR INTERNATIONAL LE POINT...et son auteur OLIVIER NOREK est fort sympathique et abordable ce qui ne gâche rien !Bonne lecture MYMY
    http://cousineslectures.canalblog.com/archives/2016/03/31/33586904.html

    Posté par mymy, 05 avril 2016 à 16:24
  • pas mal c'est vrai

    nous avons pas mal de gouts en commun.
    connaissez vous lars KEPLER ?

    Sinon je vous conseille.
    Cdt,
    patricia

    Posté par patricia, 06 avril 2016 à 13:52

Poster un commentaire