Bigmammy en ligne

11 janvier 2017

La glace noire, thriller de Michael Connelly

laglacenoire

Chronologiquement, c’est le deuxième roman de la série des enquêtes d’Harry Bosch, publié aux Etats-Unis en 1993. Pour moi, c’est le dixième  que je lis … et j’éprouve toujours le même plaisir, même si le scénario s’avère particulièrement compliqué.

Dans la chambre d’un motel minable, le soir de Noël, on retrouve le cadavre d’un lieutenant de la brigade des stup’s, disparu quelques jours plus tôt. Cal Moore, à première vue, suicidé à coup de carabine dans la salle de bains, n’a plus de visage, une seule dent a sauté dans la baignoire, on le reconnaît à un tatouage … avant l’identification définitive par ses empreintes digitales après l’autopsie.

Harry Bosch est de service ce soir-là mais on n’a pas fait appel à lui ; il se rend cependant sur la scène de crime (il est branché en permanence sur la fréquence du LAPD) et y trouve toute sa hiérarchie, qui ne tient pas à ce qu’il s’en occupe, sauf pour aller prévenir sa veuve, la belle Sylvia … Car le mort avait sur les dos les Affaires Internes … Etait-il passé « de l’autre côté », celui des trafiquants de cette nouvelle substance apparue récemment, en provenance d’Hawaï puis du Mexique : la glace noire, ou « le verre » … A-t-il été pris de remords ? Evidemment, Harry ne s’en tiendra pas là.

Car le mort s’était adressé à lui quelques temps auparavant et lui avait transmis, post mortem, un dossier. D’autant plus que la trajectoire personnelle du lieutenant Moore, élevé dans une petite ville sur la frontière mexicaine, comporte bien des points communs avec celle d’Harry.

C’est la fin de l’année et le supérieur de notre inspecteur préféré lui donne mission d’élucider au moins une affaire pour améliorer les statistiques. Justement, il y a plusieurs dossiers, laissés en plan par un collègue alcoolique qui vient subitement  de démissionner. Et qui a retrouvé le dernier cadavre, celui d’un mexicain plus tout jeune, laissé derrière une poubelle à Los Angeles ? Cal Moore, justement. Quant à l’alcoolo, il ne répond plus. Harry va devoir enquêter au Mexique, au milieu d’une police corrompue jusqu’à l’os et peu encline à lui prêter main forte contre le gang du fameux Pape de Mexicali.

C’est un thriller haletant, bien construit, avec une étude psychologique fouillée et, comme toujours, dans la dernière partie, beaucoup de morts sur le carreau, un Harry Bosch en pleine forme. Un moment de lecture passionnant. J’en redemande !

La glace noire (Black Ice) polar de Michael Connelly traduit par Jean Esch, publié en Livre de Poche, 515 p. 8,30€

Posté par mpbernet à 08:00 - Lu et vu pour vous - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire