Bigmammy en ligne

11 mai 2017

Saint Séverin et Saint Julien, les belles églises du Paris médiéval ...

 

P1210614

Ces deux églises ne sont pourtant éloignées que de deux petits kilomètres de notre appartement, mais paradoxalement, je n’avais jamais mis les pieds ni dans l'une ni dans l’autre … Cette lacune est désormais comblée.


L’idée m’en est venue en lisant le numéro hors-série de journal Le Parisien « Histoire de Paris », sur les pas de Lorànt Deutsch. Parmi les 6 itinéraires proposés, nous avons choisi de plonger au cœur du quartier des étudiants, là où s’était réfugié Dante pour écrire son œuvre majeure, entre les églises Saint Séverin et saint Julien le Pauvre.

 

P1210615

 

P1210616

 

P1210618

 

P1210617

 

P1210620

Saint Séverin surprend par son ampleur avec cinq nefs et un double déambulatoire. A l’origine, une chapelle est bâtie au IVème siècle à l’emplacement où l’ermite Séverin, maître du dernier petit-fils de Clovis, Cloud, priait. Cette chapelle fut détruite par les Vikings, mais il en reste le clocher et les trois premières travées. La reconstruction de l’église, au sein d’une population en plein développement, est initiée à partir de 1452, dans le style gothique flamboyant.

Les chapelles rayonnantes ainsi que le pilier tors sont remarquables. Etrange, la sérénité de la chapelle Mansart, avec son plafond ovale et son autel contemporain …

Quittant cette église par la petite porte du fond, on tombe immédiatement sur l’une des plus vieilles églises de Paris, aujourd’hui dédiée, avec son iconostase, au culte catholique grec melkite : Saint Julien le Pauvre.

 

P1210624

L’église romane et son prieuré sont attestés dès le début du VIème siècle, et, comme sa voisine, elle fut détruite par les Vikings lors du siège de Paris en 886.

L’édifice actuel fut commencé en même temps que Notre-Dame.

Elle fut construite à proximité de l’axe du cardo maximus et on remarque juste à droite de l’entrée une pierre moussue, sans aucune inscription, ainsi que la margelle d’un puits qui se trouvait donc à l’origine à l‘intérieur de l’église. Cette ancienne dalle de grès est celle de la voie romaine reliant Lutèce à Genabum (Orléans).

A l'époque mérovingienne, l'église accueillait les voyageurs.

Les deux premières travées de la nef sont à ciel ouvert … l’église a en effet subi bien des avatars. L’intérieur est empreint d’une spiritualité toute byzantine : une douce musique y incite à la prière … Il faut en faire le tour par un délicieux jardin public pour en admirer le chevet très simple, qui donne sur la rue Lagrange.

 

P1210625

 

P1210628

 

P1210633

 

P1210627

Encore une promenade pleine de découvertes. J’adore Paris …

«Le-Parisien»-lance-un-hors-série-«Le-Paris-du-Moyen-Age»

Posté par mpbernet à 08:00 - Journal de bord - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

    Moi aussi j 'adore Paris et votre blog. Merci et bonne journee a tous.

    Posté par olga, 11 mai 2017 à 08:25
  • Je me souviens d'un concert mémorable en mai 68 à St Sulpice, le lendemain impossible d'aller dans le quartier

    a St Julien le pauvre, les cérémonies de Pâques en ritr oriental offrent un voyage, même sans être croyante

    Posté par Martine, 11 mai 2017 à 09:14

Poster un commentaire