Bigmammy en ligne

19 novembre 2021

Agenais, terre de feu, de sang et d’espoirs, par Françoise Paillet

Agenais

« La GRANDE HISTOIRE du Lot-et-Garonne, de son peuple gaulois, les Nitiobriges, à nos jours, en faisant défiler l’Invasion romaine, Clovis, le Moyen Âge, les Cathares, la Guerre de Cent ans, la Peste noire, les Guerres de religion, la Révolution, l’Empire, le XXe siècle avec la Guerre de 14, et celle de 39 avec ses rafles et ses massacres, la révolution industrielle en Fumelois…
Les PETITES HISTOIRES, dans une seconde partie, avec l’origine toponymique du nom des communes marquantes du département et quantité d’histoires, d’anecdotes et de pistes de découvertes, naturelles, humaines ou architecturales, des richesses de ces villes et villages chargés des traces du passé.

Enfin, les HOMMES. »

C’est ce que nous dit l’éditeur de ce livre publié par ses « soins » en 2015 … Et comme je suis tombée en amour avec cette région depuis 1988, je ne pouvais pas rater cet ouvrage.

Car il représente certainement beaucoup de travail de recherche et de compilation. Trois parties donc, et la plus intéressante est la troisième qui retrace les vagues successives d’immigration qui sont venues enrichir l’histoire de cette région bénie : Espagnols comme le grand-père de l’auteur, les Tchèques et les Slovaques, les Polonais, les Yougoslaves, Russes, Italiens, les Indochinois, les Harkis, les Portugais, les Juifs pourchassés par les hommes de Vichy … Certains y ont trouvé des paysages qui ressemblaient à ceux qu’ils avaient quitté, d’autres y furent particulièrement mal traités par une France peu encline à accueillir … Ces témoignages bien réels m’ont émue car ils ressemblent tellement à l’histoire de mes propres grands-parents. Et c'est bien la preuve que notre histoire de France est faite d'immigrations successives ...

F Paillet

La seconde partie est une suite de descriptions des richesses architecturales et culturelles de toute une série de villages (on regrette l’absence de carte !) : la signification toponymique des lieux avec la même séquence chez à peu près tous : la présence gallo-romaine, la répression des Cathares, la guerre de Cent Ans, la peste, les guerres de religion. Beaucoup de redites, donc, mais c’est aussi une façon de mettre en lumière le caractère frontalier d’une région aussi belle que riche et donc disputée. Les multiples allers et retours entre Angleterre et royaume de France, la nécessité de faire venir des bras pour cultiver la terre ou travailler à l'usine de Fumel, l’extraordinaire siècle des bastides … Un index aurait pu être utile.

Mais ce qui me révolte, c’est la mauvaise qualité de l’édition : sur le site de l’éditeur on note qu’il n’accepte que les textes envoyés par Internet, et sous format Word (entre autres). Mais avant de passer sous presse, il n’a procédé à aucune relecture qui aurait permis de supprimer des « cuirs », des fautes d’orthographe, des répétitions.

Exemples : Nicolas Fouchet au lieu de Fouquet (p.185), sur la même page, Antonin Nompar de Caumont est nommé duc de Lauzun en 1892 (il est mort en 1723 !), un paragraphe doublé p. 115 et 117 sur les orchidées de Peyroutet, je passe sur les fautes d’orthographe (j’en fais souvent moi aussi) mais qui auraient pu être corrigées automatiquement … Déception enfin de voir si peu de personnages contemporains évoqués – à part Michel Polnareff et Francis Cabrel, cités comme venus d’ailleurs – j’aurais aimé Jean Nouvel natif de Fumel ou la jeune poétesse Sabine Sicaud …

Bref, un certain regret sur cet ouvrage destiné cependant à informer les nouveaux (ou anciens) arrivants dans notre superbe région d’adoption.

 

Agenais, terre de feu, de sang et d’espoirs, par Françoise Paillet, publié aux éditions des bords du Lot avec l’appui du Conseil général du département. 296 p., 19€

Posté par Bigmammy à 08:00 - Coup de gueule - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

Poster un commentaire