Bigmammy en ligne

06 février 2024

6 février 1934 ; le jour où la France a failli basculer à l'extrême droite

Il y a 90 ans, la République a failli sombrer dans l’anarchie … et un homme, par son attachement à la légalité républicaine, a retenu ses troupes et empêché l’envahissement de la Chambre des députés …

440px-La_Rocque_-_photographie_de_Boissonnas

François de La Roque (1885 – 1946), issu d’une famille catholique légitimiste, proche du comte de Paris, Saint Cyrien, deux fils aviateurs morts pour la France pendant la Grande guerre, Président des Croix de Feu – mouvement d’anciens combattants de droite, puis du Parti Social Français - plus jeune chef de bataillon de l’armée française à 33 ans en 1918, commandeur de la Légion d’honneur en 1931 … fut longtemps considéré par la rumeur comme un leader fascisle à la française. Et cependant !!!

Lors de la manifestation antiparlementariste monstre du 6 février 1934, jour où le Président du Conseil Edouard Daladier présente son nouveau gouvernement à l'Assemblée nationale, La Rocque est à la tête de ses troupes rassemblées rive gauche, rue de Bourgogne.

Les révoltés - essentiellement des ligues d'extrême-droite - combattent les forces de l’ordre à la Concorde. On relèvera des morts et des blessés. Pour le colonel de la Roque, il n’est pas question de forcer les grilles du Palais Bourbon. Il retient ses troupes et donne l’ordre de reflux à 21 h. Il n’y aura, de ce côté de la Seine, ni morts ni blessés (rive droite : 15 morts, 1435 blessés).

François de La Rocque, imprégné de christianisme social, rejette la lutte des classes, l'antisémitisme et toutes les formes de totalitarisme (fascisme, nazisme et communisme). Il milite pour un parlementarisme « rationalisé » (un gouvernement fort dans le cadre républicain).

coup-de-force-extreme-droite-6-fevrier-1934

Opposé à De Gaulle en 1940, il reste loyal à Pétain mais refuse la collaboration, dénonce le statut des Juifs de 1940. Il entre en contact avec l’Intelligence Service dès 1941 et fonde un réseau de résistance. Il est arrêté par la Gestapo, déporté en Bohême, rentre en 1945 très affaibli pour mourir quelques semaines plus tard.

Il recevra à titre posthume la médaille de la déportation et d’internement pour faits de résistance. Et malheureusement, pour bien des personnalités de gauche, sera longtemps évoqué comme symbole du fascisme français … une erreur historique.

Il y a 90 ans, à Paris, la France a manqué basculer dans l’anarchie antiparlementaire. Un homme a gardé son sang froid et respecté la République, malgré ses dysfonctionnements. Mon père avait beaucoup d’admiration pour le colonel de La Rocque. Je pense même qu’il avait adhéré aux Croix de Feu entre les deux guerres …

Il est des réputations qu’il convient de redresser au regard des faits.

Posté par Bigmammy à 08:00 - Actualité - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

  • Merci pour cette mise au point et d'avoir rendu justice à ce personnage.Il semble qu'il y ait beaucoup de lacunes dans la formation de nombreux journalistes et de nombreux hommes politiques.

    Posté par Lyllia, 06 février 2024 à 08:55
  • Bonjour et MERCI pour cette page de notre histoire que je ne connaissais pas ! Et dont je vais faire part à des amis ! Bonne journée !

    Posté par domie63, 06 février 2024 à 09:29
  • Oui une intéressante et nécessaire mise au point qui devrait être mieux connue

    Posté par Elleoj, 06 février 2024 à 11:51

Poster un commentaire