Bigmammy en ligne

07 novembre 2008

Le rouge du péché, par Elizabeth GEORGE

524 pages, aux Presses de la Cité, 22,50€

photo_elizabeth_georgeJe n'avais encore rien lu de cette auteure américaine, grande spécialiste de la vie et de la civilisation britanniques. Je connaissais seulement, à travers l'excellente série de la BBC "Meurtres à l'anglaise" , les personnages centraux que sont l'Inspecteur Linley et sa coéquipière Barbara Havers, leur relation mutuelle faite de respect et de tendresse, ainsi que leur extraordinaire différence sociale : elle, attiffée comme l'as de pique, lui, le Comte, "tombé" dans la Police....

La publicité radiophonique a fait le reste, j'ai acheté le livre. Et c'est une découverte bien agréable, je dirai même plus : rare. Les femmes sont bien les reines du polar et Elizabeth George livre ici un oeuvre forte, foisonnante, qui laisse à réfléchir. Qui donne à voir, aussi : les paysages de la Cornouailles, battues par la pluie et le vent, les surfeurs qui attendent la vague, pour entrer dans la "chambre verte", les haines ressassées entre les familles, les efforts pour développer le tourisme sur une contrée bien peu hospitalière, un hôtel des années trente, planté au bord de la falaise....

RougeL'intrigue policière n'est qu'un prétexte. C'est l'ambiance qui vous emporte dans le plaisir de la lecture. Le sujet central est la difficulté de communication entre les générations, l'effort pour survivre, la résilience, la difficulté d'aimer, les mystères de la dépendance d'un être sur un autre. Un thème universel mais traité ici selon des facettes différentes, comme des variations mélodiques, au travers d'une foule de personnages aussi complexes qu'attachants, même les plus noirs...exceptés la victime. Avec aussi le drame personnel d'un homme autour duquel tout vient de s'écrouler et qui réapprend, à travers son métier, à communiquer, à vivre.

La construction est classique : chacun des protagonistes a une raison d'en vouloir au mort. Sexe, pouvoir, argent, vengeance : les mobiles sont toujours les mêmes. Ce qui importe, c'est comment chacun s'en tire pour rester en surface, ne plus fuir son destin. Et la police n'a pas toujours les moyens d'élucider les crimes. Et même lorsqu'elle sait, elle peut manquer de preuves.

C'est un livre bien écrit, superbement traduit. Seul le titre français (en anglais : Careless in red), de mon point de vue, n'est pas très bien choisi, ainsi que la photo de couverture. Mais ceci ne regarde que moi.

Posté par mpbernet à 15:17 - Lu et vu pour vous - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire