Bigmammy en ligne

10 juillet 2010

JAUNE DE NAPLES, roman historique de Jean-Paul DESPRAT

JaunedenaplesQuatre ans après avoir publié "Bleu de Sèvres", qui nous faisait vivre de l'intérieur les affres de la redécouverte de la formule de la pâte de porcelaine dure à Vincennes, puis, grâce à Pierre-Antoine Hannong, à Sèvres, Jean-Paul Desprat nous raconte la suite des aventures d'Anselme Masson et de ses frères, en particulier Eustache, dans la capitale du royaume des Deux-Siciles.

Voici ce que nous en dit l'éditeur en quatrième de couverture pour nous allécher :

Printemps 1770. La jeune Marie-Antoinette devient dauphine de France. De Versailles, elle écrit régulièrement à sa sœur, Marie-Caroline, reine du royaume des Deux-Siciles, mariée à Ferdinand IV. Ce dernier a succédé à son propre père, Charles III d’Espagne, parti régner à Madrid après avoir rasé la manufacture de Capodimonte, près de Naples. Il a interdit à son fils de refaire de la porcelaine dans le petit royaume italien. Mais Marie-Antoinette et sa sœur décident de ne pas en tenir compte. À la fois rivales et complices, elles se lancent un défi : « Ma porcelaine sera plus délicate que la vôtre ! » La future reine de France, à la demande de Marie-Caroline, envoie à Naples Anselme Masson, de la manufacture de Sèvres, et son frère Eustache afin de ressusciter l’ancienne fabrique. Anselme devra aussi tenter de rapporter à Sèvres le savoir-faire italien. Mais, sur place, la situation se complique, car les espions espagnols sont bien décidés à faire respecter les ordres du terrible Charles III…

BleuBleu de Sèvres nous avait fait vivre l’aventure de la Manufacture royale de Louis XV, Jaune de Naples, suite attendue, nous entraîne dans les péripéties napolitaines et romaines d’Anselme Masson, au coeur d'un XVIIIe siècle tumultueux et passionnant.

Toujours aussi minutieusement documenté, mais avec tout autant de rebondissements et de suspens que dans le premier volet de cette saga qui en comportera trois, ce roman où se croisent personnages célèbres et de fiction est tout à fait passionnant, surtout pour les mordus de porcelaine comme moi, bien évidemment !

Je regrette toutefois, parfois,  un certain parti-pris d'érudition qui peut ennuyer le lecteur .....comme, à nouveau, l'utilisation du mot "girovaque" que j'avais déjà noté, et, c'est certain, qui vous classe, quand vous pouvez le placer à propos, dans la catégorie des gens lettrés...ou pédants !


Combien d'années me faudra-t-il encore attendre avant la parution du troisième opus de la série, qui se déroule pendant la révolution et s'intitule "Rouge de Paris" ?

Jaune de Naples, roman par Jean-Pau Desprat, au Seuil, 653 p. 22,50€

Posté par Bigmammy à 07:45 - Lu et vu pour vous - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

  • Bonjour Marie-Pierre,
    Je me suis noté ces trois titres pour l'aînée de mes petits-enfants. Elle adore les romans historiques et s'intéresse beaucoup à la période de la seconde guerre mondiale. Elisa avait obtenu les félicitations et voulant la récompenser, je lui en ai acheté deux, mais j'ai complété avec deux romans (plus légers) de Jean Diwo parlant de lutherie... comme elle joue du violon. Elisa était très contente et avait très rapidement commencé à dévorer sa lecture.
    Super contente d'avoir pu faire plaisir à ma petite-fille. Pour les quatre autres petits-enfants j'ai aussi acheté des livres pour la fin de l'année scolaire.
    Très bons week-end à toi et à ceux qui te sont chers.
    Bisous.

    Posté par Pahi, 10 juillet 2010 à 10:10
  • Gy(i)rovaq(g)ue !

    Voilà le genre d'énigme qui me plaît ! En lisant "girovaque"", je me suis dit "j'aurais dit - si jamais cette idée m'était venue à l'esprit- "girovague". Et de me saisir de mon "petit Robert", qui, à ma grande surprise ne me dit rien, ni pour l'un ni pour l'autre. Quelques clics plus tard sur internet et me voici devant un gyrovague, suivi d'un girovague tandis que mon mari me fait sortir du même chapeau, un girovaque suivi d'un gyrovaque.
    Bref avec un i, un y, un g, un q, pour ceux qui comme moi n'avait qu'une définition assez floue de ce(s) mot(s) un g..rova...ue est à l'origine un moine vivant seul, dans l'errance, passant de monastère en monastère sans être membre d'aucun
    d'entre eux. Bref un vagabond !

    Posté par Annie, 10 juillet 2010 à 14:40

Poster un commentaire