Bigmammy en ligne

30 septembre 2011

FRA ANGELICO et les Maîtres de la lumière

Angelico-ThebaidePour une amatrice forcenée de la Renaissance italienne, cette exposition exceptionnelle est à ne pas rater.

Fra angelico 004Et les conditions de visite, pour l’instant, sont favorables. On peut admirer les œuvres de près ! Quel merveilleux panorama de cette seconde partie du quinzième siècle, des couleurs d’une fraicheur inouïe, une composition à la fois didactique et poétique …

AngelicobanquetHérodeComme toujours, le musée nous fait découvrir le Maître parmi ses prédécesseurs – Lorenzo Monaco, Masaccio et Masolino (dont je persiste à penser que les fresque de la chapelle Bracacci constituent le sommet de l’art pictural – Gentile da Fabiano, Benozzo Gozzoli, son plus proche collaborateur, qui réalisa la chapelle des Médicis, et aussi ses successeurs dont Fra Philippo Lippi et son fils Philippino mes préférés mais aussi Zanobi Strozzi, Alesso Baldovinetti.

Guido di Piétro vécut entre 1400 et 1455. C’est Vasari qui lui attribue en 1568 le qualificatif de « beato » Fra Angelico. Il fut béatifié par Jean-Paul II en 1982.

couronnementvierge

 

 

Il faut aujourd’hui se représenter l’extraordinaire effervescence économique et par conséquent artistique de Florence à l’époque de la Renaissance : des fortunes se bâtissent, et les grandes familles marchandes rivalisent dans l’ouverture de grands chantiers.

armoireexvotosargentIl faut décorer toutes ces églises et chapelles et on s’arrache les peintres les plus habiles. On peint à fresque, ou sur des panneaux de bois  à tempéra (les pigments sont broyés dans un liant : le jaune d’œuf). Il faut donc créer des panneaux d’autel, posés sur leurs prédelles, des ensembles  expliquant aux fidèles la vie des saints et leur martyre, de vraies bandes dessinées comme cette extraordinaire armoire aux ex-votos d’argent, peinte entre 1450 et 1452.

Après en avoir admiré les cases agrandies à l’extrème, exposées récemment dans l’église Saint Germain des Prés, j’ai eu l’émotion de voir « en vrai » et surtout de très près, cette merveille. Quand le musée de San Marco de Florence vient à vous, il ne faut pas manquer l’occasion.

paoloucelloMais j’ai aussi regardé avec plaisir Saint Georges terrassant le Dragon de Paolo Ucello, avec sa perspective minutieusement représentée dans le jardin en arrière-plan, la Thébaïde (ici, en haut), de Fra Angelico et ses détails aussi minutieux que difficiles à comprendre, le martyre de Côme et Damien, le banquet d’Hérode (ci-dessus).

 

 

 

Autant d’opportunités de communiquer quelques notions d’art à Camille, qui m’accompagnait. Comme elle a déjà de bonnes notions d’histoire sainte, elle s’y retrouve un peu. Mais je me demande comment communiquer avec des enfants privés de toute instruction religieuse ?

Fra angelico 002

 

Musée Jacquemart-André, 158 boulevard Haussmann 75008 PARIS. Exposition jusqu'au 16 janvier, tous les jours de 10h à 18h. Nocturne lundi et samedi jusqu’à 21h30. 10€. Il est prudent de réserver !

Posté par Bigmammy à 08:30 - Lu et vu pour vous - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

  • Pas de halte dans le salon de thé du musée ?

    Posté par M&M, 30 septembre 2011 à 09:03
  • Au travers de son esthètique colorée,Fra Angelico communique bien des choses, au delà du mystère chrétien: la beauté sensuelle de ses vierges, celle de la nature. Tout fleurit à la manière paienne.

    Posté par claudie, 30 septembre 2011 à 18:25
  • A chaque fois nous expliquons à ma petite fille qui est musulmane; mais comme elle n'a que 7.5ans tout est progressif, pour les plus petits lorsque nous allons dans une église nous expliquons aussi en comparant l'égilse et les mosquées

    Posté par Martine, 01 octobre 2011 à 12:31

Poster un commentaire