Bigmammy en ligne

22 février 2012

Charles le Catholique, par Gérard Bardy

La critique de Claude :

charlescatholiqueC’est aux Editions Plon, celles des Mémoires du Général de Gaulle, que sort ce « Charles le Catholique, De Gaulle et l’Eglise » de Gérard Bardy, ancien directeur du Pèlerin. On hésite un peu à l’acheter, car chacun sait quels catholiques fervents ont été le Général et Madame de Gaulle. Alors, que peut-on apprendre de neuf ?

Beaucoup plus qu’on ne l’imaginait ; De Gaulle, fils exemplaire de l’Eglise, a sans doute trouvé dans son permanent dialogue avec Dieu un soutien essentiel, notamment quand tout allait mal, après l’échec de Dakar (1940), celui du retour au régime des Partis et de sa démission (1946), ou pendant le terrible règlement de la question algérienne (1958-1962), sans oublier le drame personnel qu’a été le handicap de sa fille.

Dieu a peut être aidé De Gaulle mais l’auteur nous montre combien sa relation avec l’Eglise de France (et le Vatican) a toujours été tendue.

Pas un évêque à Londres et dans la Résistance, bien sûr, et à peine quelques prêtres[1], tandis que Nosseigneurs les évêques de la France occupée et vichyste tonnent en chaire contre « la dissidence », certains allant même jusqu’à prescrire en 1943 aux jeunes catholiques d’accepter le Service du travail obligatoire (STO[2]).

A la Libération, le Général, soucieux de réconciliation nationale, ne demande pas grand chose en matière d’épuration des évêques collaborationnistes[3], mais le Pape Pie XII, dont on connaît l’attitude controversée, se montre inflexible dans sa relation avec la France libérée. Il faudra toute l’habileté bonhomme du Nonce Roncalli, futur Jean XXIII, et la hauteur d’esprit de Jacques Maritain, ambassadeur au Saint Siège, pour renouer de bonnes relations.

Dans les années 50, l’Eglise de France, avec le MRP[4],  joue contre De Gaulle et son RPF[5], qui s’inspire pourtant de la Doctrine sociale de l’Eglise. Dans les années 60, quand le Général est revenu aux affaires, l’Eglise, dans un de ces virages dont elle a le secret, est passée du pétainisme au socialisme, et fustige le Pouvoir gaulliste à longueur de lettres pastorales.

En bon fidèle, il ne se lassera pas de ces attitudes, et c’est sur un thème issu du christianisme social, la participation des salariés, qu’il ira à l’échec en 1969, parce que les Français sont libéraux ou socialistes, ce qui ne laisse pas de place à une troisième voie.

On notera, à propos du drame algérien, le pessimisme profond du Général sur la capacité de la société française à intégrer les populations musulmanes (qui fondait, à l’époque, son refus de « l’Algérie française », et prend aujourd’hui un sens inquiétant).

 

Charles le Catholique, De Gaulle et l’Eglise – Editions Plon, 390 p. 22€


[1] Et des Chrétiens exemplaires, comme Leclerc ou d’Estienne d’Orves, « celui qui croyait au ciel », travaillant avec des laïcs (Mouiln, Brossolette), des Juifs (Cassin, Pierre Dac, Romain Gary)

[2] Service du travail obligatoire en Allemagne mis en place en 1943 par Pétain et Laval

[3] Contrairement aux Communistes, qui veulent « la mort du pêcheur »

[4] Mouvement républicain populaire, fondé par les démocrates chrétiens de la Résistance

[5] Rassemblement du Peuple français, mouvement créé par le Général de Gaulle pour tenter de promouvoir une Constitution efficace

Posté par Bigmammy à 08:00 - Lu et vu pour vous - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

Poster un commentaire