Bigmammy en ligne

02 juillet 2012

Bête noire, "condamné à plaider", par Eric Dupond-Moretti

bête noireLa critique de Claude :

Chacun connaît ce redoutable avocat pénaliste, l’un de ceux qui a fait exploser l’accusation au  procès d’Outreau ou dans l’affaire Viguié (ce professeur de droit toulousain accusé d’avoir fait disparaître sa femme, et définitivement acquitté aujourd’hui). Pour caractériser une reprise d’audience dans ce dernier procès, un journaliste écrivait : « Et Me Dupond-Moretti allume sa concasseuse… ». Il s’agissait bien sûr de sa machine à broyer les arguments faiblards de l’accusation.

Pour défendre ses clients, Me Dupond-Moretti se livre à une analyse critique de chaque pièce du dossier, afin d’introduire le doute ; le « joyeux » désordre régnant apparemment dans la gestion administrative de la Justice et de la Police lui permet souvent de démolir ce qui devait servir de preuve (par exemple en démontrant une confusion d’échantillons d’ADN).

Au-delà de cette intelligente méthode de défense, Me Dupond-Moretti met en cause la « violence »  et l’inégalité des Assises, où tout est fait, comme au XIXème siècle, pour condamner. Il dénonce les nombreux moyens qu’a le Président pour favoriser l’accusation contre la défense, et en appelle à une procédure pénale plus égalitaire, et surtout à la rupture du lien étroit entre les Juges et les Procureurs, membres d’un même Corps où l’on peut faire carrière alternativement au Siège et au Parquet.

Il montre ainsi que l’affaire d’Outreau n’a pas été un accident, mais le fidèle reflet des dysfonctionnements qui affectent notre Justice : jamais la Chambre d’accusation, saisie par les accusés en appel du juge d’instruction et du juge de la détention, n’a remis en cause leurs raisonnements.

Que faire ? Bien sûr, il faudrait se rapprocher du modèle anglo-américain, dans lequel le Parquet est sur le même pied que la Défense, et qui laisse le Jury populaire seul dans sa délibération. Mais l’auteur est moins prolixe en propositions qu’en critiques : peut être ressent-il combien il est difficile d’aller contre le puissant corporatisme des magistrats et de leurs tout puissants syndicats.

Un petit bémol toutefois : la publication in extenso d’un échange de lettres entre l’auteur et un magistrat a sans doute soulagé (entendu au sens des Tontons Flingueurs) Me Dupond-Moretti, mais n’ajoute pas grand-chose à l’intérêt de son témoignage.

 

Une autobiographie de Me Eric Dupond-Moretti, avec Stéphane Durand-Souffland chez Michel Lafon, 250 p, 17 €

Posté par mpbernet à 08:27 - Lu et vu pour vous - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

Poster un commentaire