Bigmammy en ligne

26 mars 2018

Bernhard Gunther, héros de Philip Kerr, nous a quittés !

Il y a de nombreuses années que je vous parle de mon admiration pour Philip Kerr, l'auteur de polars historiques haletants, avec pour personnage principal l'ex-commissaire à la Kripo de Berlin anti-nazi Bernie Gunther ... Et voici ce que j'écrivais alors à son sujet en 2012.

A l'heure où j'apprends la disparition de cet auteur magnifique, à l'âge de 62 ans à peine, je republie ce billet et vous encourage à vous ruer sur ses livres, dont la série est à jamais terminée aujourd'hui. R.I.P. Philip-Bernie Kerr !phKerr

Quand je m’embarque sur un cycle de romans – généralement des polars – comportant un personnage récurrent, je me prends à l’imaginer sous les traits d’un acteur que j’aimerais bien voir incarner son personnage. Dans le cas du héros des romans de Philip Kerr, comme aucune adaptation cinématographique n’a encore paru – je gage que la reconstitution du décor de l’Allemagne nazie serait très onéreuse – j’ai du mal à me figurer ce héros cynique, drôle, désabusé, charmeur, casse-cou …

Bernhard Gunther  est  un personnage fascinant : certains commentateurs ont dit de lui que c'était en fait l'alter ego de Philip Kerr (ici à droite), son auteur.. . qui pourtant ne lui ressemble pas tellement physiquement. Car Bernie, né en juillet 1896, est  grand : 1,85 m, ce qui est beaucoup pour l’époque, chausse du 44, a tout du grand aryen blond en faveur chez les nazis. Mais ce serait une grave erreur de le confondre moralement avec cet archétype. Au fil des romans de Philip Kerr, nous apprenons qu’il a été marié à une Juive et que l’une de ses grands-mères l’était. De quoi lui faire avoir bien des ennuis dans le Berlin des années d’après 1933.

Il a fait la Grande guerre, participé à la bataille de la Somme, a été versé dans la SS sans l'avoir sollicité, n'a jamais adhéré au NSDAP, pratique la boxe, ne supporte pas l’injustice et a un talent fou pour se mettre dans des situations complètement sans issue. On se demande comment il traverse les nombreux passages à tabac – il faut dire qu’il fume tout le temps, comme tout un chacun à cette époque, et qu’il a la « descente facile » pour le schnaps ou tout autre sorte d’alcool - qu’il subit, et le nombre de fois où son intelligence lui permet de retourner la situation en sa faveur au moment ultime où un canon de révolver lui est braqué sur la tempe. Beaucoup de points comuns avec Philip Marlowe, le héros de Raymond Chandler ...

Cynique, libre penseur, nostalgique de la République de Weimar et de la qualité de la police berlinoise d’avant l’arrivée d’Hitler au pouvoir, tout ça n'est pas toléré dans une Allemagne en voie de nazification totale, Bernie Gunther a un sens de l'humour et de la métaphore étonnant. Depuis la Trilogie, on sait que l'ex-brillant commissaire à la Criminelle a quitté la police de Berlin au moment où les nazis déclenchaient, dès leur arrivée, ce que Kerr décrit comme «une opération d'épuration et de noyautage de la police de Berlin, qui avait à l'époque une réputation tout aussi solide que celle de Scotland Yard».

ACamus

Bernie est aussi un séducteur invétéré. Deux fois veuf (sa seconde femme est morte d'une bien étrange grippe), et même près de la cinquantaine, il continue à séduire de très belles femmes qui ne résistent pas à son charme caustique et à son esprit chevaleresque. Et aussi qui le trahissent ignominieusement.

Polyglotte enfin : de ses séjours dans les camps soviétiques, il a appris le russe, parle anglais et aussi très bien l’espagnol, ce qui lui est utile lors de son exil forcé en Argentine … Une seule ombre à ce tableau : Bernie méprise fortement les Français. Sauf que dans sa dernière aventure, il s'est exilé à Saint-Jean-Cap-Ferrat. Qu’en pense Philip Kerr ?

Philip Kerr a pris l'habitude de nous raconter les aventures de Gunther par bribes, en dépit des repères chronologiques. On a rencontré Gunther à Berlin, puis on l'a vu s'installer à Munich et ensuite à Vienne ; on l'a même suivi jusqu'en Argentine au temps des Perón, sur les traces de Mengele et de tous les autres nazis fugitifs.

 

Je suis en train de terminer une de ses aventures située en 1934, donc juste avant le premier opus de "La trilogie berlinoise". Et je vais être encore plus attentive à la sortie des prochaines traductions car le romancier  écossais qui m’aura accompagné pendant tout cet été vient  juste de terminer une nouvelle aventure de Gunther du temps qu'il était chez les SS, qu'il y en aura bientôt une autre située cette fois à Prague, du temps de la guerre froide, et probablement un neuvième livre pour clore définitivement le cycle, sans doute  en 2013...

Quel programme, et quel plaisir de lecture en perspective!

Bon, décidément, j’ai trouvé un personnage à qui pourrait ressembler Bernie Gunther : Albert Camus, avec la cigarette toujours vissée à la bouche. Pourquoi pas un prix Nobel ?

Posté par mpbernet à 14:11 - Coup de coeur - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

  • polar...de visu !

    bonjour,
    moi aussi j'adore les polars, mais dans ce domaine je suis très "restrictive" dirons nous !je suis une grande fan d'agatha christie...et a partir de là difficile d'en apprécier d'autres, a la rigueur fred vargas !En ce qui concerne les personnages, j'ai aussi me faire une idée "vraie" avant de lire les les 6 premiers tomes(il y en a 12) de "le trone de fer" j'ai visionné les bandes annonces des épisodes du feuilleton qui hélas ne passent que sur "orange"..ça permet de mieux cerner l'homme derrière le héros. bien qu'il soit une "star" je verrai bien le nouveau james bond dans le rôle...je ne me souviens plus du nom.
    Albert Camus fait partie de la généalogie de mon mari !!!le monde est petit...Je vais essayer de trouver un de ces romans, car je ne les connais pas...amazon aura bien ça dans ses rayons, car au fin fond du quercy il n'y a hélas pas la fnac !Ca nous change de marseille !!
    bonne journée
    selma

    Posté par selma cayol, 01 septembre 2012 à 11:42
  • Tout à fait d'accord pour Albert Camus!
    J'attends avec impatience les prochains livres de Kerr.

    Posté par M-Do, 01 septembre 2012 à 16:43
  • je me suis commandée la "trilogie" de ph.kerr on verra bien ... d'après sa bio, ce sont les 3 premiers de la série.
    selma

    Posté par selma cayol, 01 septembre 2012 à 17:08
  • Regrets

    Regrets d'apprendre dimanche par une brève sur mon téléphone cette disparition, moi aussi j'ai lu les Bernie Gunther, et Les ombres de Katyn attend dans ma bibliothèque.

    Posté par Brigitte, 27 mars 2018 à 08:41
  • Que c'est triste, j'avais trouvé "Les Ombres de Katyn" jubilatoire, pourtant les faits historiques ne le sont pas du tout. Je crois que je vais me faire plaisir même si la durée de mon sommeil risque d'en souffrir !

    Posté par Agatheb2k, 27 mars 2018 à 15:19
  • que du bonheur

    Très belle rencontre ! merci à vous pour tout le mal que vous vous donnez ! bravo, GG

    Posté par Ginette, 12 avril 2018 à 20:03
  • Un grand merci à Philip kerr pour son travail et en particulier d’avoir créé bernie gunther.
    A jamais mon héros préféré.
    J’aimerais tellement que quelqu’un d’aussi talentueux que son père créateur puisse continuer l’oeuvre et faire vivre ce détective si attachant, si humain...

    Posté par Lionel, 26 juin 2018 à 19:07
  • Philip Kerr

    Merci pour ce très beau texte sur mon cher Philip Kerr.

    Posté par doublepage, 03 mars 2019 à 16:07

Poster un commentaire