rhume1

Il a commencé par une nuit trépidante scandée des effets répétitifs d'une grippe intestinale. Ensuite, il s'est installé dans mes fosses nasales, les transformant en claires fontaines que je laisse jaillir directement sur un mouchoir posé à mes genoux. Je ne connais pas exactement - parmi les 200 virus du rhume qui existent - celui qui a élu domicile dans ma sphère rhino-pharyngée personnelle, toujours-est-il que je ne souhaite pas qu'il s'y attarde plus que 5 jours, il me gâcherait mes vacances !

Alors, je n'ai pas d'autre alternative que d'attendre que ça passe : je respecte bien les consignes : je me lave soigneusement les mains jusqu'au poignet au moins une minute - le temps de réciter l'alphabet - je ne laisse pas mes mouchoirs traîner - je me couvre, je bois des jus d'orange frais ou du sirop de sureau noir (hélas, nous avons terminé le dernier pot de gelée de sureau !) - très riche en vitamine C - je prends du Paracétamol - j'essaie de boire beaucoup d'eau.

orange

Mais je ne peux pas absorber ces médicaments-miracles jour/nuit qui contiennent des vasoconstricteurs - généralement à base d'éphédrine - et sont contrindiqués en cas d'insuffisance coronarienne ou de problème d'hypertension (voir ICI la mise en garde de l'ANSM, Agence de surveillance du médicament). Le problème de la nuit reste donc entier...

sureau

La nuit dernière, j'ai dormi seule, Claude, généreux donateur de mon actuel virus dont il est à présent délivré, m'a proposé d'aller dormir dans la chambre d'amis. J'étais donc au calme, mise sous la couette dès dix heures et demie, avec une pilule pour dormir entière, alors que ma dose habituelle est de la moitié. Et j'ai récupéré l'essentiel de ma nuit précédente.

Ce matin, mes méninges ne fonctionnent qu'à 50%, j'ai juste une petite visite à mon kiné cet après-midi .... je retournerai sous la couette le plus vite possible.

Et le mauvais temps n'y est popur rien, ce sont nos comportements et notre négligence qui sont la cause de la prolifération des virus, pour lesquels, je le rappelle, les antibiotiques sont inopérants !