Bigmammy en ligne

21 juin 2013

Le palimpseste d’Archimède, thriller historique par Eliette Abecassis

le_palimpseste_archimede

elietteabecassis

Quelques phrases pour résumer la trame de ce thriller où concourent l’érudition bien connue de l’auteur, son goût des crimes sanglants (se souvenir de Qûmran !), ses constructions savantes et son addiction pour les religions et la philosophie :

« Joachim, élève de Normale Sup, est l'étudiant préféré d'Elsa Maarek, belle et charismatique professeur de philo, passionnée par  l'Antiquité. Ce qui les amène à être invités par la police à enquêter discrètement sur une série de meurtres atroces perpétrés sur le personnel enseignant de la rue d'Ulm. Les crimes portent le signe du chiffre Pi et répondent à un rituel bien connu d'Elsa, qui a écrit sa thèse sur les sacrifices d’Eleusis. Après l'assassinat du premier professeur, sa veuve vend à un riche acquéreur, resté anonyme, un ancien codex identifié comme un palimpseste. Et si, comme en court la rumeur, le manuscrit contenait le code secret de l'univers, que certains seraient prêts à tout pour ne pas révéler ? »

 

 

 

Paradoxalement, et comme je venais juste de lire le dernier Dan Brown bâti sur la même veine, je n’ai pas vraiment accroché cette fois pour ce roman d’Eliette Abécassis, la belle normalienne surdouée de la littérature. Ce que j’y ai surtout apprécié, c’est la description des us et coutumes des élèves (et de leurs professeurs) de Normale Sup’, le langage codé de ces jeunes gens qui se préparent à occuper les places les plus en vue de notre société, et qui viennent de tous horizons, en particulier de la Province, leur candeur pour tout ce qui ne touche pas à leur domaine de compétences… Cela fera sans doute plaisir à certains anciens condisciples du lycée Henri IV de ma fille Florence qui ont persévéré dans cette voie de l’excellence à la française, ou les fera grimper aux rideaux.

palympseste

L’intrigue est compliquée à souhait, comme il se doit, on nage entre culture classique, sectes ésotériques, obsession criminelle, on soupçonne tour à tour chacun des protagonistes, jusques et y compris le jeune narrateur …qui apparaît comme le « double » masculin de l’auteur. Le genre se vend bien en ce moment. On voyage beaucoup aussi dans l'espace et le temps : Syracuse, Alexandrie, Constantinople, Jérusalem et le Quartier Latin ainsi que plusieurs monuments emblématiques de Paris. La technique éprouvée du « Page Turner » est ici parfaitement maîtrisée. En prime, on apprend plein de choses ou on en révise, ça ne fait jamais de  mal (le mythe de la caverne de Platon, entre autres). Par exemple, j’ai buté sur le mot « trance » avec un C, qui est une variante de musique techno … ce n’est plus de mon âge, mais je retiens.

Ce qui m’a le plus étonnée est que ce scénario abracadabrant soit fondé sur une réalité : le codex recelant le texte du palimpseste d’Archimède a réellement existé, il suffit de se reporter sur Wikipédia pour en lire le cheminement historique …

En définitive, quelques heures de loisirs, mais hélas pas de quoi grimper aux rideaux ! J’en attendais davantage après les louanges lues dans la Presse.

 

Le palimpseste d’Archimède, par Eliette Abecassis, édité chez Albin Michel, 393 p. 21,90€.

Posté par mpbernet à 08:00 - Lu et vu pour vous - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

  • j 'ai eu du mal a lire Inferno , j 'avais l 'impression de livre un guide sur Florence !!!!! le petit "plus " n 'y était pas . En lisant votre commentaire , je ne pense pas me laisser tenter par "Le palimpseste d 'Archimède " .

    Posté par Annie, 21 juin 2013 à 19:53

Poster un commentaire