Bigmammy en ligne

06 novembre 2013

A propos de la résurgence du racisme en France en ces temps de crise ...

Pourquoi parler de résurgence ?

Harry

Le vieux fond de racisme, en particulier en ces temps de crise économique, le sentiment  de "peur du Noir, de l'autre, de l'étranger" qui étreint bien des gens simples, existe dans notre pays depuis longtemps. C'est la parole qui a, hélas, aujourd'hui tendance à se libérer, une expression encouragée par les dérapages plus ou moins "pilotés" par certain parti politique. Et, sans doute aussi un peu, l'éloignement des principes religieux qui inculquait autrefois que nous sommes tous frères.

Harry Roselmack a pris hier soir le mors aux dents, dans Le Monde, pour dénoncer le "hiatus congénital entre la promesse rébublicaine (Liberté, Egalité, Fraternité) et la réalité de la société française".

Souvenons nous cependant, et pas pour porter en bandoulière une responsabilité collective qui n'a rien à faire avec le recul de l'histoire, que ce sont les négriers européens qui ont réduit à l'état de "chose" les captifs qu'ils transportaient au-delà des mers, et sur lesquels ils réalisaient de substantiels bénéfices. Et tout ça, à l'époque des "Lumières".

Il est bon de relire les ouvrages d'Olivier Pétré-Grenouilleau, aujourd'hui professeur à Sciences Pô et membre de l'Inspection Générale de l'Education Nationale, et dont les thèses pourtant bien documentées ont été combattues par nombre d'intellectuels, en particulier parce qu'elles démontrent que l'esclavage n'a pas disparu de notre planète. Ecoutons-le :

traites

Il faut d'abord dire que le caractère abominable de la traite n'est pas corrélé aux chiffres. Le fait que la traite orientale - en direction de l'Afrique du Nord et du Moyen-Orient - ait affecté plus de gens ne doit nullement conduire à minimiser celle de l'Europe et des Amériques. En revanche, je suis surpris que certains soient scandalisés que l'on ose parler des traites non occidentales. Toutes les victimes sont honorables et je ne vois pas pourquoi il faudrait en oublier certaines. La traite transatlantique est quantitativement la moins importante : 11 millions d'esclaves sont partis d'Afrique vers les Amériques ou les îles de l'Atlantique entre 1450 et 1869 et 9,6 millions y sont arrivés. Les traites que je préfère appeler « orientales » plutôt que musulmanes - parce que le Coran n'exprime aucun préjugé de race ou de couleur - ont concerné environ 17 millions d'Africains noirs entre 650 et 1920. Quant à la traite intrafricaine, un historien américain, Patrick Manning, estime qu'elle représente l'équivalent de 50 % de tous les déportés hors d'Afrique noire, donc la moitié de 28 millions. C'est probablement plus. Ainsi un des meilleurs spécialistes de l'histoire de l'Afrique précoloniale, Martin Klein, explique-t-il que, vers 1900, rien que dans l'Afrique Occidentale Française, on comptait plus de 7 millions d'esclaves. Aussi n'est-il sans doute pas exagéré de dire qu'il y en eut peut-être plus de 14 millions, pour le continent, sur une durée de treize siècles. "

Je ne partage pas les options politiques de Madame Taubira, mais je ne supporte pas les injures racistes dont elle a été abreuvée. Les mêmes, tout aussi insupportables, qui faisaient pleurer à la tribune de l'Assemblée Nationale Simone Veil défendant la loi dépénalisant l'IVG.

Harry Roselmack dénonce "l'étrange carburant qui alimente la xénophobie : la jalousie envers plus mal loti que soi". Ce qui s'appelle aussi une réaction de "petit blanc".

Et moi, républicaine viscérale, j'ai honte ....

Posté par mpbernet à 11:46 - Coup de gueule - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

    Avoir honte, moi aussi mais combattre car mes petits enfants ne sont pas des **têtes blondes** et celui de 6.5 ans m'a demandé ce que cela voulait dire !!!!!

    Posté par Martine, 06 novembre 2013 à 11:55
    • J’ai été élevée par des parents merveilleux. Cependant, ils n’hésitaient pas à dénigrer les Juifs et ne comprenaient pas en quoi cela m’était insupportable. Jusqu’à ce que je les force à regarder un film : « Les guichets du Louvre » sur la grande rafle du Vel d’Hiv’. L’atmosphère, entre les deux guerres, était de ce point de vue irrespirable et, par bien des points, on la retrouve aujourd’hui chez de braves gens ignares ou manipulés. C’est pourquoi nous devons réagir et communiquer sur le sujet, surtout envers les enfants. Car les petits, eux, ne sont pas racistes. C’est en grandissant qu’ils le deviennent.

      Posté par mpbernet, 06 novembre 2013 à 12:05
  • Bonjour, Je me souviens de ma fille à l'école maternelle, qui voulait me montrer un enfant de sa classe et le désignait en disant "celui qui a les chaussures rouges". L'enfant était Noir et j'avoue que j'aurais eu le réflexe de dire "c'est l'enfant noir là-bas", mais ma fille n'avait pas l'idée de le décrire ainsi. Belle leçon ! A vingt ans aujourd'hui elle ne le caractériserait toujours pas par sa couleur, mais ce serait par principe !
    Je trouve tout à fait abject le racisme dont est victime C. Taubira, et hélas bien d'autres, anonymes. A ne pas confondre avec les craintes manifestées par des gens pas forcément racistes qui appréhendent la façon dont leur ville ou leur quartier change, et que l'on rend racistes (et même frontistes hélas) en les traitant de racistes sans les écouter.

    Posté par Christine, 06 novembre 2013 à 17:49
  • Je partage votre sentiment de honte... d'autant plus que je fais partie d'une famille métissée, tant par les couleurs et origines que par les nationalités. Nous parlons 3 langues différentes pendant les repas de famille (français, anglais et espagnol) et nous considérons tous que c'est une grande richesse culturelle ! La nouvelle génération reproduit ce schéma puisque le petit ami de ma fille aîné est originaire du Vénézuela et des Canaries tout en étant né en France (il a 3 nationalités !)
    Évidemment on pourra nous rétorquer que nous faisons partie de la classe "bobo" parisienne, mais ce n'est même pas vrai, nous sommes une famille de la classe moyenne (enseignants et fonctionnaires) et nous vivons soit en banlieue soit en province...
    La dérive actuelle de la France me fait très peur...

    Posté par Noclea, 07 novembre 2013 à 08:07

Poster un commentaire