Bigmammy en ligne

16 août 2015

Perfidia, roman ultra-noir de James Ellroy

perfidia

« C'est mon roman le plus ample, le plus détaillé sur le plan historique, le plus accessible sur le plan stylistique, et aussi le plus intime. Plaintif, mélancolique, il plonge dans la trahison morale de l'Amérique au début de la Seconde Guerre mondiale, avec l'internement de ses citoyens d'origine japonaise. Une histoire épique et populaire de Los Angeles en décembre 1941. Ce sera du jamais-vu » : ainsi parle l'auteur de son travail ...

C'est aussi un pavé de près de 850 pages, que j'ai laissé tomber et réouvert à plusieurs reprises pendant un mois, en me disant à chaque fois : "j'arrête, c'est toujours aussi loufoque !" sans être capable de m'en déprendre, pour savoir enfin le fin mot de l'histoire.

Hélas, comme le plus souvent, l'intrigue - invraisemblable (et j'use de la litote) au plus haut point - importe moins que les personnages, à la fois réels (Edgar J. Hoover, le tout puissant patron du FBI, Paul Robeson et son extraordinaire trajectoire ou Bette Davis, l'irremplaçable star de Holliwood, le compositeur Serge Rachmaninoff), et totalement imaginaires mais vivants dans l'inconscient des fervents lecteurs de polars depuis l'immense succès mondial du "Quatuor de Los Angeles" et en particulier "Le Dahlia Noir", oeuvre-culte dont il paraît que les principaux acteurs figurent dans "Perfidia". Le Dahlia se déroule en 1947, Perfidia, c'est très précisément en décembre 1941 ...

Sauf que je n'ai pas lu la suite : je n'ai vu "que" le film de Brian De Palma, et donc, ces personnages n'évoquent, au début, rien pour moi. Cette manie des auteurs - ou des cinéastes - d'écrire ce qui s'est passé avant un roman, bien des années après ... Encore un peu de droits d'auteurs, s'il vous plait, cher public ...

Une autre référence : le film de Steven Spielberg "1941" : un des meilleurs comique du genre sur ce moment dramatique de l'histoire américaine, mais aucun humour de ce genre dans "Perfidia" ... encore que, pour certaines scènes de défouraillage ...

Enfin, j'ai tourné la dernière page du roman avec un grand "Ouf !". A la fois agacée, frustrée et admirative devant le style haché mais explosif, ciselé et crépitant. C'est l'exact négatif de toutes les séries américaines où l'on exalte les héros de la police scientifique et la loyauté des flics : ici, tous sont corrompus et n'hésitent pas à dézinguer à foison. Même le personnage, de mon point de vue le plus sympathique, du jeune et loyal Professeur Hideo Ashida, s'emploie à dissimuler des preuves ...

En fait, c'est d'une Amérique blanche et puritaine qu'il s'agit (mais a-t-elle réellement évolué quand on voit ce qui se passe actuellement dans certaines villes aux prises avec les émeutes raciales ?) alors qu'on s'apprête à interner les citoyens d'origine niponne pendant la durée du conflit, de haine raciale entre américains de souche, récents immigrés, chinois et japonais, de mépris envers les Noirs que l'on ne croise même pas dans ce récit, de querelles entre ceux qui pensent que les puissances de l'Axe vont gagner la guerre et ceux qui ne songent qu'à faire de monstrueux profits immobiliers, de communistes embourgeoisés du milieu du cinéma et de tenants de la cinquième colonne ou de partisans d'un eugénisme actif directement inspiré du nazisme. Rien de très spécifiquement américain, finalement, à part ce cocktail détonnant d'une société à multiples facettes ... Et puis, songeons également à ce moment d'émotion collective qui nous a saisis en janvier dernier ...

Tout finit par rentrer dans l'ordre ... jusqu'au prochain épisode dont la jeune Beth Short sera la triste vedette, mais avec un goût de cendre, ou plutôt de benzédrine et de Whiskey mêlés. Un roman plus que noir, à vous filer la nausée, mais quel écrivain !

Perfidia, thriller de James Ellroy, traduit de l'américain par Jean-Paul Gratias, Rivages thriller' 848 p., 24 €

 

 

Posté par mpbernet à 08:25 - Lu et vu pour vous - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

Poster un commentaire