Bigmammy en ligne

04 janvier 2016

Paris est une fête, souvenirs parisiens d'Ernest Hemingway (1925)

La critique de Claude :

Paris Hemingway

Folio vient de rééditer le texte original de ce petit recueil de souvenirs, qui nous montre Hemingway et sa première épouse Hadley à Paris, après la grande guerre.

Ernest ne vit pas de sa plume d’écrivain (il publie seulement quelques contes), mais travaille pour des journaux canadiens et américains. Dilemme : plus il est journaliste, moins il a le temps de travailler sa vocation d’écrivain. Sans compter le temps consacré aux courses hippiques.

L’argent manque, mais Ernest compte sur les nombreux amis qu’il rencontre dans les cafés, notamment la Closerie des Lilas, le Dôme, et autres établissements de Montparnasse. Navigant entre la rue Notre Dame des champs, le Jardin du Luxembourg, la rue de Fleurus et la rue du Cardinal Lemoine, Ernest lit ses premiers essais à Gertrude Stein et Scott Fitzgerald.

Ces stars, disons-le, ne sont pas faciles à vivre, mais peuvent donner de bons conseils (exemple : G. Stein : « Ecrivez comme Cézanne peint, écrivez la phrase la plus vraie que vous connaissiez. »)

Heureusement ce séjour parisien n’a pas duré : Hemingway, devenu un grand écrivain et parti vers de nouvelles aventures, n’est revenu à Paris qu’en août 44, correspondant de guerre auprès de la Deuxième DB du général Leclerc. Là, il s’est installé au Ritz, et plus à Montparnasse !

Si Paris est une fête en 1944, il ne l'est pas en 1926, quand Hemingway "galère", ce qui rend le titre peu compréhensible. 

 

Paris est une fête - A Moveable Feast - traduit de l'anglais par Marc Saporta et Claude Demanuelli - Folio Gallimard, 344 pages, 8,20€.

 

Posté par mpbernet à 08:34 - Lu et vu pour vous - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire