Bigmammy en ligne

11 mars 2016

Notre-Dame du Val de Grâce à Paris 5ème

Un exemple de l'art classique français, une belle réalisation pleine de rigueur et de clarté ... et nul besoin, pour nous, de faire des kilomètres : il nous suffit de traverser le boulevard Saint-Michel !

P1190406

En ce moment, on ne voit rien de la façade de cette église, en rénovation. C'est bien dommage ....

Mais la visite vaut la peine d'insister. Il faut montrer patte-blanche et laisser en gage une pièce d'identité - nous sommes dans une enceinte militaire -  pour voir de l'intérieur cet édifice qui fut une sorte de palais-monastère et qui renferme aussi un musée consacré au service de santé des armées. De celui-ci, je ne dirai pas grand chose car il ne répond plus exactement aux principes modernes de la muséographie et semble laissé en deshérence avec de nombreuses vitrines vides, malgré un intérêt évident ...

P1190407

On sait que la reine Anne d'Autriche, épouse de Louis XIII, désespérait d'une grossesse qui ne survînt qu'après 23 ans de mariage, avec la naissance de Louis-Dieudonné en 1638. 

Elle réalisait alors enfin son voeu d'édifier un sanctuaire magnifique, dédié à la nativité, au coeur d'un couvent de bénédictines où elle venait souvent se recueilir.

P1190417

La première pierre de l'église fut posé par le jeune Louis alors âgé de 7 ans en 1645.

François Mansart avait commençé à établir les plans, puis Jacques Lemercier, Pierre Le Muet et Gabriel Le Duc s'y attelèrent.

L'église fut terminée en 1667, ainsi que les bâtiments conventuels avec le cloître à deux étages.

A l'intérieur, où éclate généreusement la lumière à travers les espaces ménagés par la voûte en berceau à lunettes pénétrantes, on pense immanquablement à Saint Pierre de Rome, grâce à l'énorme baldaquin soutenu par des colonnes torses.

P1190420

 

Val de grâce

La filiation est évidente avec l'art baroque italien (Le Bernin ...) mais avec la rigueur toute classique propre au XVIIème siècle français. Pas de profusion de dorures, sauf pour le maître-autel, et une clôture très sévère, presque moderne, pour séparer les moniales des fidèles.

On admire le pavage de Nicholas Pasquier, d'un graphisme mathématique enthousiasmant, et les quatre évangélistes qui occupent les pendentifs du dôme ovale décoré d'une belle fresque de Mignard.

On reconnaît dans ces sculptures de marbre blanc Luc et le taureau, Marc et le lion, Jean et l'aigle et Matthieu et l'homme. Le long de la nef, des allégories des vertus théologales ...

P1190411

P1190413

P1190405

P1190425

Naturellement un décor très classique, mais l'harmonie des volumes, la cohérence des formes, la beauté des sculptures emportent l'admiration.

Et aussi .... le calme.

L'impression de visiter un lieu éloigné de la foule, comme il était situé au moment de sa conception, à la campagne ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Eglise et musée de l'histoire du service de santé des Armées du Val de Grâce -  ouverture : mardi-jeudi et samedi-dimanche, 12h-18h, 5€.

P1190409

P1190410

P1190415

P1190416

P1190418

 

 

Posté par mpbernet à 08:00 - Nez en l'air - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

  • Il y a bien longtemps que je n'y suis allée.. fin des années 60; mais il faut dire que j'y ai fait 9 mois de stage lorsque j'étais à la Croix rouge, nous avions droit à des visites de l'église, du musée & nous vivions comme élève-infirmières dans les locaux**historiques** mais si peu fonctionnels

    que de souvenirs!!!

    Posté par Martine, 11 mars 2016 à 08:59

Poster un commentaire