Bigmammy en ligne

09 juillet 2016

Le crime de Rouletabille

 

crime rouletabille

Dans les séries policières américaines, il y a toujours un moment où le détective se trouve accusé d’un crime et a toutes les peines du monde à prouver son innocence. Les scénaristes modernes n’ont rien inventé : Gaston Leroux, déjà, fait accuser Rouletabille du meurtre de son épouse … L’avocat de Rouletabille, Gaston Sainclair, est le narrateur de cette avant-dernière aventure du valeureux reporter, lui qui avait déjà tenu la plume pour nous raconter le Mystère de la Chambre Jaune …

La belle Ivana joue en effet un rôle dangereux dans cet épisode. Elle est la collaboratrice d’un célèbre professeur de médecine (encore un savant !) qui a toutes les qualités sauf qu’il courtise effrontément toutes les femmes. Et, plus particulièrement la sulfureuse Téodora Luigi (qui est aussi belle et séduisante que Catherine Otéro) qui l’entraîne dans ses orgies d’opium. Si Thérèse, l’épouse bafouée du professeur, a fini par accepter ses multiples infortunes conjugales, elle ne supporte pas que son mari risque l’anéantissement intellectuel. Ivana, de concert avec Thérèse, va essayer de détourner la passion de son patron vers elle-même … Cependant, Rouletabille, n’y croit pas complètement. Il s’embusque pour surprendre les deux amants dans une petite maison de Passy quand deux coups de feu éclatent, tuant le professeur et la pauvre Ivana. Rouletabille ayant été aperçu sur la scène de crime, est aussitôt inculpé. Il sera obligé de s’évader afin de retrouver les indices établissant et son innocence, et la personnalité du vrai coupable, lors du procès où il est jugé par contumace, mais où il vient juste de se constituer prisonnier.

Une intrigue emmêlée à souhaits, une approche psychologique des ressorts de la jalousie autant masculine que féminine, des incidences politiques, une scène de train de nuit entre Paris et Avignon pleine de rebondissements, et, au final, un roman bien construit et mené de train d’enfer. On avait sans doute reproché à Gaston Leroux d’avoir rapidement escamoté le personnage de l’épouse de Rouletabille : il lui donne ici le premier rôle, mais c’est pour mieux la faire disparaître …

 

Le crime de Rouletabille, polar de Gaston Leroux (1921 – 1922), généralement couplé avec Rouletabille chez Krupp. Robert Laffont, distribué par le Cercle du bibliophile.

Posté par mpbernet à 08:00 - Lu et vu pour vous - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire