Bigmammy en ligne

22 juillet 2016

Le fantôme de l'Opéra, roman fantastique de Gaston Leroux (1910)

couverture fantome

Voici l’un des grands classiques de la littérature fantastique, publié en 1910 et qui fut la source de plusieurs autres chefs-d’œuvre, en particulier au cinéma, de 1925 à nos jours. Au-delà de l’histoire d’amour impossible entre un adolescent courageux, le vicomte de Chagny, et une jeune et jolie cantatrice orpheline, contrariée par un déséquilibré vivant dans les profondeurs de l’opéra de Charles Garnier, on découvre l’extraordinaire imagination de Gaston Leroux, et son talent de conteur d’une intrigue à plusieurs ressorts, formidable page-turner, finalement non dénué de vraisemblance.

En fait, il s’agit d’un scénario d’enlèvement et de séquestration. La victime est la blonde Christine Daaé, retenue par le sombre héros Erick, qui en est tombé follement amoureux. Erick est un surdoué : particulièrement habile dans les techniques de la magie – ventriloque, chanteur, prestidigitateur, violoniste, compositeur – il est aussi excellent architecte, spécialisé dans les systèmes cachés de trappes et de pierres basculantes. Hélas, Erick est aussi affligé d’un physique atroce, impossible à regarder, même par sa mère : une maladie de peau, une malformation congénitale, une mutilation subie comme le pauvre Gwynplaine de « L’homme qui rit » ? Sa vue sans masque est insupportable et c’est la raison pour laquelle il s’est « enterré » vivant dans les dessous de l’Opéra, où il s’est aménagé un appartement doté d’une « chambre des supplices », situé au bord d’un lac souterrain …

Gaston_Leroux_-_Le_Fantôme_de_l'Opéra

Poursuites dans le noir, ouverture inopinée de trappes, suicide d’un chef machiniste, effondrement du grand lustre en pleine représentation, chutes vertigineuses, cavalcades sans fin depuis les tréfonds de l’ouvrage jusqu’aux cintres et la toiture, cache-cache dans la forêt des portants, froufroutement des tutus les choryphées, chantage … Le roman évoque à la fois les déambulations de Blake et Mortimer dans les souterrains, les aventures d’Indiana Jones, les films d’horreur contemporains. Le fantôme de l’Opéra a donné lieu à d’infinies variations cinématographiques – de l’homme aux 1000 visages Lon Chaney à Burt Lancaster – et, plus récemment une comédie musicale.

Hélas, les histoires de séquestrations longues de plusieurs années de jeunes femmes ou d’enfants ne manquent pas, sans compter l’attachement de certaines victimes à leur tortionnaire – ce qu’on appelle le syndrome de Stockholm. La vérité, même si elle est moins romantique que l’histoire imaginée par Gaston Leroux, est souvent tout aussi incroyable.

Phantom_of_the_opera_1925

Le fantôme de l’Opéra, roman de Gaston Leroux, au Livre de Poche, 342 p., 9,50€

Posté par Bigmammy à 08:00 - Lu et vu pour vous - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

Poster un commentaire