Bigmammy en ligne

17 juin 2017

Apocalypse jadis et maintenant, une révélation ...

 

P1210733

Je suis catholique mais ma formation religieuse s’est limitée à mes trois années de catéchisme. Il m’aura fallu attendre 70 ans passés pour entrevoir ce que signifie réellement l’apocalypse de Jean. Je ne connaissais jusqu’ici que les rudiments des Evangiles. Longtemps donc, je suis passée devant des représentations romanes et gothiques, comme le tympan de l’abbatiale de Moissac, j’ai entendu des titres de livres ou de films célèbres comme « Le Cinquième cavalier », « Le Septième sceau » … sans savoir à quoi ces expressions faisaient référence.

P1210734

 

P1210732

 

P1210731

 

P1210735

P1210736

P1210737

P1210738

P1210739

P1210740

Puis, j’ai reçu le choc de la tenture d’Angers … et, surtout j'ai approfondi le livre fantastique des éditions du Patrimoine, où chaque tapisserie, telle une case d’une gigantesque bande dessinée, est placée en regard des versets de la prophétie. Au sens propre, pour moi, ce fut une Révélation.

 L’Apocalypse de Jean fut écrite vers l’an 95, en cette fin de premier siècle qui voit fleurir de nombreuses « révélations » visant à expliquer le pourquoi des malheurs des hommes et le dessein de Dieu, les grandes catastrophes et le combat que mènent contre l’Eglise ceux qui veulent la détruire, et qui annonce le monde de paix que Dieu prépare au-delà des épreuves. L’Apocalypse, c’est donc une suite de visions …

 Jean, exilé dans l’île de Patmos, est inspiré par l’Esprit. Il entend une voix puissante qui lui enjoint d’écrire ce qu’il voit aux 7 églises d’Asie mineure.

Les images ou visions se succèdent : Christ à la tunique ceinturée d’or et les 7 chandeliers, puis l’Agneau immolé, acclamé par toutes les créatures, 24 trônes et 24 vieillards couronnés en tuniques blanches, 4 animaux pleins d’yeux devant et derrière : un lion, un veau, un animal à visage d’homme, un aigle …

Dans la main droite du Christ en majesté, un livre scellé de 7 sceaux, 4 anges aux 4 coins de la terre, retenant 4 vents, et puis 7 anges sonnant de 7 trompettes qui chaque fois sonnent un fléau : grêle, feu, sang, arbres et herbe brûlée, eaux changées en absinthe, étoile tombant du ciel sur la terre ouvrant le puits de l’abîme d’où s’échappe de la fumée, sauterelles …

Il y a aussi des chevaux à têtes de lion, des cuirasses de feu, l’ange qui donne le livre à manger à Jean afin qu’il se pénètre de la prophétie avant d’aller la répandre aux Nations … L’archange Saint Michel qui combat le dragon Satan, la Femme enceinte attaquée par le Dragon, à laquelle on donne des ailes pour s’échapper au désert alors que son fils est enlevé auprès de Dieu, des bêtes fantasmagoriques dotées de 7 têtes et de 10 cornes, qui se font adorer des hommes et les dominent, des justes endormis, encore des châtiments – les 7 plaies – renfermées dans 7 flacons ou coupes de la colère de Dieu, le symbole de la Grande prostituée (la Rome païenne, puissance persécutrice) et, enfin, Jean transporté auprès de Jérusalem, la Cité de Dieu, aux douze portes ornées de perles, 12 fondements ornés de pierres précieuses, le fleuve d’eau vive coulant du trône de Dieu, l’arbre de vie et ses 12 fruits …

 

P1210741

 

P1210743

 

P1210742

 

P1210744

 

P1210746

Une lecture pleine de bruits et de fureur, des images retranscrites de façon époustouflante par l’immense artiste qu’était Hennequin dit Jean de Bruges, peintre attaché à la personne du roi Charles V, répondant à la commande de cartons pour l’immense tapisserie de Louis 1er d’Anjou, autour de 1378.

 

 

 

 

 

 

 

apocalypse livre

Apocalypse, la tenture de Louis d’Anjou, ouvrage sous la direction de Jacques Cailleteau et Francis Muel, aux éditions du Patrimoine – Centre des monuments nationaux, 274 p., 49€.

Posté par mpbernet à 08:00 - Coup de coeur - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

    et pourquoi pas Patmos comme prochaine destination, fêter ensemble le rétablissement de votre mari.
    C'est un lieu magique, un monastère qui se mérite en haut de la ville, la grotte de saint Jean plus bas, des trésors de livres, et la mer, la mer violette autour...

    Posté par manuela, 17 juin 2017 à 09:14
  • En 10 ans d'instruction religieuse ( je suis de religion protestante calviniste ), j'ai trouvé cette dernière partie de la Bible la plus ardue.
    L'Ancien Testament dominé par Dieu le père punisseur auquel succède le Nouveau Testament avec son fils qui n'est qu'amoureux et pardon était déjà matière à nombre d'interrogations. Nous n'abordions l'Apocalypse que les dernières années. Ce retour à l'Ancien Testament, cette certitude que le monde du Christ ne pouvait survivre que grâce à un combat spirituel et d'exemple qui n'avait guère de chance d'aboutir était déroutant pour les adolescents.
    La tapisserie d'Angers, outre l'extrême finesse de sa confection, m'a fortement impressionnée. Je n'y ai perçu que confirmation symbolique des révélations.

    Posté par MAG, 17 juin 2017 à 09:37
  • Claude Manesse

    Bonjour Madame,

    j'espère que la santé de votre époux ne vous cause pas trop de soucis.

    À propos du sujet de ce billet, je me permets de vous communiquer l'existence d'une des œuvres du beau-père de mon fils ( le papa de son épouse), Claude Manesse.

    Cordialement.

    Brigitte

    Posté par Brigitte, 18 juin 2017 à 12:15

Poster un commentaire