Il aura été mon compagnon de soirées télévision de tout l’été : c’est le modèle choisi par Romane sur le Cahier de Fiches créatives 2016 – 2017 Bergère de France dont il fait la page de couverture.

 

P1220263

P1220100

 

Il porte le n°328 et si vous voulez en acquérir la grille – indispensable -  vous le trouverez en quelques clics sur la tricothèque BdF. Mais je crois bien que je n’avais encore jamais entrepris un modèle aussi complexe. Pas si difficile que ça en fait, mais qui nécessite de prendre note après chaque paire de rangs de là où on est et ce que l’on fait. La difficulté réside dans le rythme des motifs juxtaposés qui ont chacun le leur.

P1220102

P1220098

P1220105

P1220104

Le pull est réalisé en fil « Sibérie » (40% laine, 40% acrylique et 20% polyamide) coloris « Pétunia ». Il aura fallu 10 pelotes, un jeu d’aiguilles n° 3,5 pour la bande de mousse à la base et n°4 pour le reste du travail, plus une aiguille à torsades. Cette laine est très bien adaptée à ce genre d’ouvrage : très mousseuse, elle se travaille agréablement et est très solide : elle supporte bien les détricotages – car les erreurs sont fréquentes et il faut souvent défaire un ou deux rangs lorsqu’on décèle un décalage …

Les trous-trous se font sur 4 rangs. Au rang 1, on tricote deux mailles ensemble à l’endroit, un double jeté puis 1 surjet simple, au rang 2 sur l’envers, il faut tricoter la seconde maille à l’endroit, enfin, on tricote les 2 rangs suivants comme en point jersey. Pour avoir négligé le détail du deuxième rang, mes jours avaient triste allure. La remarque d’une lectrice m’a fait découvrir le pot aux roses. J’ai donc terminé le dos. Mais j’ai eu des remords. Quand j’eus terminé le devant et les deux manches, j’ai décidé de recommencer tout le dos. Ainsi, le pull est absolument symétrique, il ne comporte aucune erreur, on peut l’enfiler dans n’importe quel sens …

Mais si les torsades latérales sont des motifs simples et bien maîtrisés (l’une se fait sur 6 mailles et 8 rangs, avec 6 mailles croisées à gauche, l’autre se fait sur 9 mailles et 12 rangs avec des mailles alternativement croisées à gauche et à droite), c’est le motif central qui requiert le plus d’attention. Puisqu’il court sur 22 mailles et … 48 rangs.

Dos et devant sont identiques. Par rapport au modèle initial, j’ai ajouté en bas deux petites fentes bordées de point mousse, à la demande de Romane. Sinon, on monte 114 mailles et on tricote tout droit sur 53 cm jusqu’aux épaules, puis on diminue de chaque côté 4 fois 7 mailles. Le col se tricote en prolongement (avec 1 maille ajoutée de chaque côté pour la couture) sur une hauteur de 18 cm.

 

couvBdF

 

P1210884

Pour les manches, on monte 58 mailles en centrant le motif, on tricote 18 rangs tout droit puis on augmente de chaque côté d’une maille tous les 4 rangs – ce qui correspond au niveau des trous-trous – jusqu’à la hauteur de 50 cm soit 128 rangs, en reconstituant de part et d’autre les motifs identiques au corps du pull.

Si les points de ce pull sont complexes, le montage, lui, est simplifié. Pas besoin, naturellement, de repasser ou de « bloquer » l’ouvrage. On commence par assembler les épaules en faisant correspondre les bandes de motifs ajourés, puis le col, souplement. Ensuite, on cale les manches en croix, et enfin, les coutures des bas de manches et des côtés en continu.

Pour les manches, il vaut mieux coudre à points arrière en se basant sur la partie « dos-devant » pour obtenir une couture plus régulière. Les explications recommandent de rabattre le col sur l’envers et de le coudre à points coulés, mais j’ai préféré le laisser libre, exactement comme sur la photo du catalogue où l’on voit bien qu’il n’est pas doublé …