Bigmammy en ligne

12 mai 2019

L'archipel français, essai de Jérôme Fourquet

 

archipel

La dernière élection présidentielle a mis en lumière un clivage électoral inédit entre gagnants/ouverts et perdants/fermés : elle est historique en cela que jamais jusqu’ici et la droite et la gauche ont été éliminées dès le premier tour. L’ouvrage de Jérôme Fourquet, directeur du département opinion à l’IFOP, dissèque, cartes précises à l’appui, une France disloquée, éparpillée entre une myriade d’ilots plus ou moins étendus et finalement très peu connectés entre eux.

Et il nous montre que ce processus vient de loin (bien avant 1968), mais qu’il s’accélère. Malgré les conclusions d’Hervé Le Bras et Emmanuel Todd qui parlaient du rôle « fantôme » d’un catholicisme « zombie » encore prégnant, la principale raison de cet émiettement de la société française est le processus – présent dans toute les sociétés européennes selon Marcel Gauchet - de sortie de la religion.

Les symptômes de cette entrée de la société française dans l’ère post-chrétienne : l’acceptation de l’IVG, de l’homosexualité, l’abandon de l’obligation de la virginité avant le mariage, la crémation, le tatouage, le véganisme, l’abandon de la consommation quotidienne de vin et croissance symétrique de l’usage du cannabis … autant d’expressions d’une société individualisée à l’extrême et culturellement diversifiée, tout comme l’effondrement de la pratique religieuse, la banalisation du dimanche pour faire ses achats, la reconfiguration des familles (250000 mariages en 2015 contre 400000 en 1972), 60% d’enfants nés hors mariage.

La structure classique entre catholicisme et anticléricalisme a disparu faute de pratiquants, qui était le fondement du clivage politique gauche/droite. Car, symétriquement, on a vu l’effondrement de la contre-société communiste et de ses organisations structurantes (le score du PC divisé par 10), la perte d’influence des grands médias, l’affaiblissement du cartésianisme, la perte du discours scientifique chez les jeunes tentés par le complotisme …

Parallèlement, on assiste au séparatisme social des élites dû à la croissance des titulaires de diplômes supérieurs (environ 30% de la population) qui ont tendance à vivre en vase clos et dont les occasions de contact avec le reste de la population deviennent de plus en plus rares, phénomène aggravé par l’essor de l’expatriation.

C’est l’étude de la fréquence et de la diversité des prénoms donnés aux enfances (analyse anthroponymique) nés en France depuis 1900 qui permet d’approcher l’extraordinaire diversité de la population française, le rythme de prise de distance avec la religion, le degré d’intégration des populations venues d’ailleurs …

On remarquera la parfaite concordance des cartes entre la prévalence des prénoms issus de la culture populaire américaine - Steeve, Kevin, Dylan … - et le vote frontiste … et la corrélation, (par exemple au sein de communes comme Aulnay sous bois, de départements comme la Sarthe, l’Hérault ou la région Alsace) entre taux de chômage et vote RN.

Il faut bien se rendre à l’évidence : la société française est à présent « éparpillée façon puzzle » et ce n’est pas très réjouissant. Le processus est ancien, il a brutalement été mis à jour en mai 2017 … Reviendrons-nous bientôt ou jamais au classique clivage de classe entre ceux qui ont et ceux qui n’ont pas ou entre ceux qui comprennent le monde et les autres ? Comment allons-nous nous accommoder d’une société en miettes ? 

C'est un livre très bien écrit, facile d'accès, avec des cartes et des diagrammes très précis, un propos passionnant, éclairant, pas très optimiste je le concède mais indispensable à ceux qui s'intéressent à l'avenir de notre pays. Il ne délivre aucune recette de sortie de crise mais souligne des erreurs politiques qui ont acceléré le processus : le quinquennat, le non-cumul des mandats, l'absence de représentation proportionnelle (même partielle), préconise un recours plus fréquent au référendum ...

 

L’archipel français, naissance d’une nation multiple et divisée, essai de Jérôme Fourquet, au Seuil, 384 p., 22€

 

Posté par mpbernet à 08:00 - Lu et vu pour vous - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

    "Où allons nous?" Bonne question.

    Jérôme Fourquet a réalisé un travail considérable.
    Tout à fait passionnant, comme vous l'écrivez, ET pas très optimiste.
    Je ne l'ai pas encore lu. Mais j'ai entendu l'auteur le présenter. Et lu divers articles dans les journaux au moment de la sortie de son livre.

    Posté par Sylvie, 12 mai 2019 à 17:48

Poster un commentaire