Bigmammy en ligne

16 août 2012

Un adolescent d'autrefois, roman de François Mauriac (1969)

f

Le dernier roman publié de son vivant par François Mauriac, en 1969. L’histoire d’un jeune homme nanti, qui commence à l’âge de dix-sept ans et se termine à Paris, cinq années plus tard. Un roman de jeunesse ?  Bien au contraire, celui d’un homme près de sa fin qui n’a plus rien à cacher de son initiation à la vie charnelle, de ses doutes mystiques, de ses inclinations.

« Moi le jeune homme triste, qui s’éloigna parce qu’il avait de grands biens ».

Quand on a visité Malagar, les lieux où François Mauriac vécut, le cadre et les meubles de sa mère que l’auteur ne modifia pas, on apprécie ce roman très personnel, si désuet et pourtant si actuel. C’est le moment où cet enfant chétif, mais sensible à l’extrême, préservé par la richesse, rompt avec son destin tout tracé et surtout, s’affranchit de la tutelle de sa mère omnipotente. Comme le jeune François, Alain Gajac n’a pas connu son père, comme lui, sa mère est une fervente croyante … Comme lui, il passe ses étés dans les Landes, au milieu des pins et au bord de la Hure, la rivière qui serpente entre les aulnes – ici, on dit les vergnes. Il y a le régisseur, qui connaît les limites des immenses propriétés, et ses fils, Prudent, l’aîné, et surtout Simon, qui a la particularité d’avoir six doigts à chaque main et autant à chaque pied. On le destine à la prêtrise. La mère d’Alain y veille, de concert avec le curé. Mai lui, doué à l’école, le souhaite-t-il ? Ne va-t-il pas céder aux sortilèges du maire franc-maçon qui le convainc de venir à Paris où son terrible accent va cependant le marginaliser au point qu’il envisagera le suicide ?

Pour le fils de famille, bientôt fils unique puisque son frère aîné meurt de phtisie galopante, la voie est toute tracée : il épousera Jeannette Séris, la fille de ce  Numa dont les propriétés jouxtent celles des Gajac. Mais la petite fait horreur à Alain … Il la surnomme  « le Pou » … La petite le sait et en souffre, car, et on ne le découvrira que trop tard, elle l’adore …

Le roman traite avant tout du Mal. De la manière dont un jeune homme le rencontre, le combat, le surmonte. Ce n’est pas tant la femme, cette Marie, une belle femme intelligente et cultivée, plus âgée que lui, et qui « a un passé », et lui fera connaître sa première expérience sexuelle, que la découverte du pharisianisme de sa mère, plus attachée à ses hectares qu’à l’amour de son fils. Et puis il y a le Mal absolu, ce viol et ce meurtre d’une petite fille effarouchée, qui hantera à jamais le jeune Alain.

Récit autobiographique ? Réflexions désabusées sur la foi d’un homme comblé d’honneurs près de sa fin ? Le roman est bâti comme une suite de cahiers destinés à être lus par un ami très cher de l’auteur, un certain Donzac … Un message ? Une intrigue rapidement menée, avec des rebondissements constants qui vous laissent pantois, un grand roman d’un homme toujours aussi jeune qu’un adolescent d’autrefois qu’il fut et qu’il ose faire enfin parler.

Un adolescent d'autrefois, de François Mauriac, édité chez Flammarion, 266 p.

Posté par mpbernet à 09:02 - Lu et vu pour vous - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

    INTERESSANT

    J'avais entendu parler de ce livre. Votre présentation me donne envie de le lire. Merci.

    Posté par Angèle, 16 août 2012 à 09:47
  • j aime votre roman

    j aime votre roman sa me donne le sourie de vie

    Posté par cedric123, 05 novembre 2015 à 13:13

Poster un commentaire