Bigmammy en ligne

14 février 2016

La Closerie des Lilas

Trop près de chez nous pour que nous y prenions des habitudes, trop cher aussi ... En 37 ans de séjour dans notre quartier, c'était notre première fois !

IMG_2016 (2)

IMG_2026

IMG_2027 (2)

IMG_2021 (2)

C'est sans doute la récente découverte des livres d'Ernest Hemingway qui a poussé Claude à retenir une table dans ce haut lieu des folles nuits de Montparnasse, le jour de la Saint Valentin.

L'établissement a été fondé en 1847. C'était une guinguette où venaient danser le quadrille les rapins de Montparnasse, comme au bal Bullier, juste en face. Proximité de la gare de Port-Royal aidant, aussi ... Peintres et écrivains s'y cotoient : Cézanne, Théophile Gautier, Edmond et Jules de Goncourt, Paul Fort, Verlaine, Apollinaire, Alfred Jarry, André Salmon, Maeterlinck, Maurice Barrès, André Gide, Charles Maurras, Jules Renard, Tristan Tzara, André Breton, Ernest Hemingway, Francis Scott Fitzgerald, Arhur Miller y ont usé leurs pantalons et bu force alcools (cf. Paris est une fête ...)

Aujourd'hui, c'est un établissement tout ce qu'il y a de plus chic. Nous y avons croisé Manu Dibango en famille ...

Très joli décor de treillages rouge foncé, belle terrasse lumineuse et heureusement étanche par ce jour de pluie. Ambiance piano-bar archi-classique, personnel jeune, efficace, enjoué et très professionnel, clientèle plutôt âgée ...

Dans l'assiette, ne cherchez pas la grande émotion ou le sublime. Le chef fait dans le classique, à base de produits d'excellente qualité, avec le renfort de beaucoup de crème fraîche et fonds de sauces comme on l'apprend à l'école hôtelière. Je n'ai pas bien saisi, par exemple, le subtil de la royale d'écrevisse sur laquelle trône l'oeuf parfait.

Le "théâtre" du filet de boeuf "Hemingway" vaut le détour puisqu'il est terminé devant la table. Mais là, le Bourbon n'a pas flambé et le pavé de filet au poivre noir a un peu attendu : je l'avais demandé saignant, il fut "well done". L'assiette gourmande est abondante et variée, bien pour savourer à deux avec un mille-feuilles et un baba délicieux ...

IMG_2014

IMG_2007

 

En tout, avec une bouteille de Menetou-Salon, il nous en a coûté tout de même 213 €. C'est un rapport qualité/prix qui ne se justifie pas tout à fait, sauf si on privilégie le cadre et l'ambiance, chères aux Américains qui doivent se réjouir de venir dans ce haut-lieu mais trouver que la chère est chère ! A noter : il y a aussi une carte de brasserie ...

Sans doute suis-je un peu sévère, car le déjeuner fut agréable. Mais j'aurais aimé être, en plus, étonnée par les mets. Je sais au moins que ma recette de filet de boeuf au poivre noir flambé au whisky s'intitule "Hemingway " !

 

La Closerie des Lilas, 171 boulevard du Montparnasse - 01 40 51 34 50

Posté par Bigmammy à 15:42 - Miam-miam - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

  • Je me suis régalée de vous lire et délectée de vous relire. Tout y est : la note historique, le déroulement des mets et ce zeste d'humour qui vous va si bien, Madame.

    Merci pour ce grand moment!

    Posté par Annie, 14 février 2016 à 17:42
  • Un excellent récapitulatif historique ! Je me suis également régalé à te lire Marie-Pierre. Un endroit charmant pour un déjeuner en amoureux en ce jour de Saint-Valentin. Tu es ravissante sur la photo.
    Profitons du moment présent, c'est tellement important.
    Douce soirée à tous les deux et très belle semaine.
    Amitiés.
    Bernadette.

    Posté par Binchy, 14 février 2016 à 18:01
  • ST VALENTIN

    BONNE FETE UN PEU EN RETARD - COMME VOUS ETIEZ BEAUX TOUS LES 2.
    VOUS AVEZ EU RAISON DE VOUS PAYER CE LIEU RENDU CELEBRE POUR UNE JOURNEE COMME CELLE CI- et vous Y AVEZ FAIT HONNEUR AVEC VOTRE TENUE "TRES CLASSE."- COMPLIMENTS
    ON A QUE LE "BON TEMPS QUE L'ON SE DONNE".
    AMITIES SPECIALES-

    Posté par poetalisa, 14 février 2016 à 20:15
  • ENTREE du MENU

    C'est encore moi, curieuse de nature, je me demande ce qu'était la composition de l'entrée avec cette verdure ???

    nouvelles pensées amicales humides et froides.(on nous promet du froid pour les prochains jours )..mais je suis bien au chaud
    "CHEU-ME"= patois NORMAND ....soit NO PROBLEME (ce n'est pas comme les réfugiés à CALAIS).

    Posté par poealisa, 14 février 2016 à 20:49
    • Un oeuf "parfait" (cuit très longtemps à basse température) posé sur une "royale" d'écrevisses (?) et une gelée d'herbes superposées. La royale est une sorte de crème brûlée cuite au bain-marie... J'avoue que c'était tres riche .... Et un peu complexe ...

      Posté par Bigmammy, 14 février 2016 à 21:10
  • ENTREE du MENU

    MERCI pour la réponse. bonne soirée.

    Posté par poetalisa, 14 février 2016 à 21:55
  • Bien d'accord

    J'y avais invité Henri pour un anniversaire. Belle soirée de mai à la belle étoile, le cadre est sublime, hanté de tant de souvenirs et encore de quelques célébrités étrangères. Malheureusement, la nourriture est, disons,moyenne et en plus, j'avais été malade toute languit (rupture de la chaîne de froid ?)
    Malgré tout, et à cause du cadre, une soirée magique.
    Il y a des lieux, comme ça...
    Avez-vous essayé Le train bleu ? C'est de la même eau...
    Merci pour votre passage avant hier et bises.

    Posté par michèleP, 15 février 2016 à 09:20
  • Toute la nuit (pas la languit) !!!!

    Posté par michèleP, 15 février 2016 à 09:21
  • Dommage que la Closerie ne sache pas trouver un chef faisant un peu plus vibrer les palais. Peut-être que la renommée historique de l'endroit sert un peu trop de béquilles... Vous y avez tout de même passé un bon moment, heureusement !
    A une époque, nous y allions plusieurs fois l'an, leur tartare coupé à la main et assaisonné avec soin devant vous était mon préféré. Et un oeuf prodigieux (tiens, encore un oeuf) dans un sabayon salé, le tout se tenant joliment !

    Posté par manuela, 15 février 2016 à 11:11
  • Un endroit pour voir ou être vu

    Posté par Martine, 15 février 2016 à 16:10

Poster un commentaire