Bigmammy en ligne

04 novembre 2017

Entre deux mondes, thriller d'Olivier Norek

 

Norek

Voilà un livre qui se dévore et, sitôt la dernière page tournée, qui vous laisse, longtemps, comme estourbi …

Les migrants. Tout le monde le sait, connaît cet inhumain cancer qui ressurgit ici et là, près de nous, sous les voies du métro aérien, le long des délaissés d’autoroutes, ces bidonvilles plus ou moins éphémères de tentes et de bâches plastiques où des hommes (il y a des femmes et des enfants aussi, mais surtout de jeunes hommes) – des zombies – pataugent dans la boue après avoir traversé mille périls, été dépouillés par des passeurs sans scrupules, le plus souvent séparés des êtres qui leur étaient les plus chers. Et, pour la plupart d'entre nous, nous regardons ailleurs.

Le plus grand bidonville d’Europe est à Calais. Il a été démantelé à coup de pelleteuses en octobre 2016, quelques mois avant l’échéance électorale … mais les candidats au passage coûte que coûte en Grande Bretagne sont revenus. Ils n’ont qu’un espoir : Youké, se nourrissent de ce que les bénévoles humanitaires leur apportent, et de légendes : on trouverait facilement du travail de l’autre côté de la Manche, le chômage y est faible, on a quelques notions d’anglais. Majoritairement, il y a ici des Afghans, et aussi des Soudanais, des Erythréens, des Syriens. Et puis les passeurs : Libyens, Albanais … des mafias. Les Afghans font leur loi dans cet espace de non-droit où la police ne pénètre pas. Les Calaisiens, eux, n’en peuvent plus.

Deux destins : celui du lieutenant de police Bastien Miller, qui s’est fait muter à Calais pour raison familiale et celui d’Adam Sarkis, ex-capitaine de la police syrienne secrètement opposé au régime de Bachar et qui a dû exfiltrer sa famille avant de tenter de la retrouver dans la « Jungle » de Calais. La plongée dans cette pseudo-ville fantôme où se massent 10000 personnes, où se regroupent les communautés, où règnent les trafics en tous genre comme celui d’enfants esclaves, le rôle des officiers de renseignement qui cherchent à déjouer les projets d’attentats, les batailles rangées entre migrants et forces de sécurité …

Tout ici sonne juste, c'est du vécu, sans doute même édulcoré car la réalité est sans doute plus sordide encore. Et pourtant, les bons sentiments s’insinuent au milieu de toutes ces détresses. On tremble avec Adam qui a pris sous son aile un petit sud-soudanais auquel on a tranché la langue, on le voit tenter de le sauver avec l’aide de Bastien, effaré de cette enclave entre deux mondes, où l’on peut tuer sans conséquences et où affluent chaque jour de nouveaux candidats au passage vers un eldorado fantasmé.

Un roman ramassé, sans fard, sans fioritures, avec des figures attachantes … Même si l’on y retrouve pas Victor Coste mais que l’on se rassure, l’auteur ne l’oublie pas – on n’en ressort pas indemne, ni fier de notre civilisation occidentale pour autant.

Entre deux mondes, thriller d’Olivier Norek, publié chez Michel Lafon - 414 p., 19,95€

Posté par mpbernet à 08:00 - Lu et vu pour vous - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

Poster un commentaire